Jan Zwicky, poète, philosophe, essayiste, musicienne, professeur (née le 10 mai 1955 à Calgary, en Alberta). Lauréate du Prix du Gouverneur général et en nomination pour le prix Griffin pour la poésie, elle fait partie des écrivains et des penseurs canadiens les plus novateurs. Influencée par des pionniers de la philosophie occidentale comme Platon, Héraclite et Ludwig Wittgenstein, Jan Zwicky se bâtit une réputation d'écrivaine et d'éditrice profonde. Aux côtés d'écrivains comme Robert Bringhurst, Dennis Lee, Tim Lilburn et Don McKay, elle contribue à un dialogue continu sur la poésie et la philosophie, en particulier dans le cadre de la pensée écologique.

Formation et carrière littéraire

Jan Zwicky étudie à l'Université de Calgary (baccalauréat 1976) et à l'Université de Toronto (maîtrise 1977, doctorat 1981). Sa thèse élabore une théorie de l'ineffabilité, c'est-à-dire des raisons de penser qu’il existe des formes de compréhension qui ne sont pas linguistiques. Elle enseigne la philosophie à l'Université de Princeton ainsi qu'à l’Université de l’Alberta, l'Université de Waterloo, à l'Université du Nouveau-Brunswick et à l'Université de Victoria, où elle est toujours professeure auxiliaire.

La force intellectuelle de Jan Zwicky se fait connaître sur la scène canadienne de la poésie après une décennie et demie d'écriture de poésie et de philosophie. Ayant publié quatre recueils de poésie dans les années 1980, dont Wittgenstein Elegies (1986) et The New Room (1989), où elle affiche pour la première fois ses affinités philosophiques, Jan Zwicky se tourne vers la politique culturelle et environnementale. Fait à la main à l’origine, le recueil Songs for Relinquishing the Earth (1996) finit par être publié par Brick Books en 1998. Grâce à l'attention minutieuse que porte Jan Zwicky au monde naturel et à l'accent qu'elle met sur la musique et la philosophie comme formes lyriques, cet ouvrage est depuis devenu le recueil de poésie qui fait sa renommée. Par la même occasion, Jan Zwicky développe une approche à la philosophie polyphonique et unique. Sa première étude d’importance, le livre Lyric Philosophy (1992), est suivie d’un essai, « Bringhurst’s Presocratics » (1995), qui emploie une structure semblable. Trois recueils de poésie ont suivi Songs for Relinquishing the Earth: Robinson’s Crossing (2004)(en nomination pour le Prix du Gouverneur général), Thirty-seven Small Songs and Thirteen Silences (2005) (en nomination pour le prix Dorothy Livesay en poésie et le prix Pat Lowther) et Forge (en nomination pour le prix Griffin pour la poésie).

Philosophie et musique

Les écrits philosophiques de Jan Zwicky prennent une forme polyphonique unique. Tant dans Lyric Philosophy (1992) que dans Wisdom & Metaphor (2003), elle construit un dialogue entre ses propres aphorismes philosophiques sur les pages de gauche et des extraits de poèmes, des tracts philosophiques ou des preuves géométriques sur les pages de droite. Akibiades’ Love (2015) affirme que les grands courants philosophiques de notre époque comme la philosophie analytique et le déconstructionisme sont le reflet du monde technologique aliéné dans lequel nous vivons et elle propose de les remplacer par ses notions plus intégrées de philosophie lyrique. Bien que ces ouvrages démontrent sa compréhension philosophique de la pensée métaphorique et musicale, ses poèmes et ses essais depuis Songs for Relinquishing the Earth campent sa poésie dans le monde matériel des phénomènes domestiques, écologiques et musicaux.

Jan Zwicky est aussi une violoniste accomplie et a joué dans des orchestres de chambre et d’autres orchestres partout au pays.

Distinctions

Songs for Relinquishing the Earth (1998) remporte l'édition 2009 des Prix littéraires du Gouverneur général en poésie. Par la suite, Wisdom & Metaphor (2003) est mis en nomination dans la catégorie des ouvrages non romanesques, tout comme Robinson's Crossing (2004), qui gagne le prix Dorothy Livesay de poésie en 2005. Jan Zwicky fait aussi partie de la liste préliminaire pour le prix Dorothy Livesay en 1999 et en 2006 ainsi que pour le prix Pat Lowther en 2006. Son travail attire l'attention critique dans Lyric Ecology: An Appreciation of the Work of Jan Zwicky (2010), un recueil de méditations de poètes et d'érudits.