Wilson, Ethel Davis

Ethel Davis Wilson, née Bryant, romancière, nouvelliste et essayiste (Port Elizabeth, Afrique du Sud, 20 janv. 1888 -- Vancouver, 22 déc. 1980). La contribution littéraire de Wilson est impressionnante quoique modeste, et lui vaut une place importante dans la littérature canadienne. Enfant unique d'un pasteur wesleyen anglais en mission en Afrique du Sud, elle est orpheline à l'âge de 10 ans. Elle va vivre à Vancouver, chez sa grand-mère maternelle et plusieurs tantes. Wilson fréquente des écoles privées à Vancouver et en Angleterre et obtient un diplôme de la Vancouver Normal School en 1907. Avant son mariage, en 1927, elle enseigne à plusieurs écoles locales. Son goût et sa fascination pour sa terre d'adoption imprègnent son oeuvre. Elle est l'un des premiers écrivains canadiens à traduire véritablement la rude et incomparable beauté du paysage de la Colombie-Britannique. Ce profond attachement à un territoire, évoqué avec lucidité dans un style simple, n'est cependant jamais purement régional. Ses personnages luttent contre le paradoxe de la condition humaine : le profond désir de liberté individuelle opposé au besoin urgent d'une intégration responsable et harmonieuse avec autrui. Les premières nouvelles de Wilson sont publiées dans des magazines britanniques en 1937, mais elle abandonne l'écriture jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Hetty Dorval (1947) consacre sa renommée, suivi peu de temps après de The Innocent Traveller (1949). Ce dernier se veut davantage une chronique familiale qu'une oeuvre de fiction à proprement parler, le personnage de Rose y incarnant l'auteure. D'autres recueils, The Equations of Love (1952), SWAMP ANGEL (1954), Love and Salt Water (1956) et Mrs. Golightly and Other Stories (1961) suivent. Son dernier recueil de nouvelles et d'essais paraît en 1964. Elle reçoit la Médaille du Conseil des Arts (1961), la Médaille Lorne Pierce de la Société royale du Canada (1964) et la Médaille pour services éminents de l'Ordre du Canada (1970).