Jeunesse et formation

Né en 1981, Wab Kinew est le fils de Kathi Avery Kinew, analyste des politiques, et de Tobasonakwut Kinew, ancien chef régional du Nord de l’Ontario, survivant des pensionnats indiens et éducateur. Il passe son enfance au sein de la Première Nation Onigaming dans le Nord de l’Ontario et fréquente un établissement préscolaire d’immersion en anishinaabemowin avant de déménager avec sa famille à Winnipeg où il va à l’école primaire. Il grandit en banlieue sud de Winnipeg et poursuit ses études au Collège Béliveau, une école secondaire d’immersion en français. Son père l’encourage à rechercher des occasions de parler en public, et, alors qu’il est encore enfant, Wab Kinew témoigne devant la Commission royale sur les peuples autochtones au sujet de son expérience scolaire en anishinaabemowin.

Afin de rester près de sa famille et de ses racines anishinaabe, Wab Kinew refuse une bourse qui lui aurait permis de poursuivre des études dans une université américaine et décide de fréquenter l’Université du Manitoba où il obtient un diplôme supérieur en économie en 2003. C’est à l’université, comme il le reconnaît lui‑même, qu’il se retrouve « embarqué dans une vie de débauche ». Il se drogue, participe à des bagarres et est reconnu coupable de conduite en état d’ébriété en 2003. L’année suivante, accusé d’avoir agressé un chauffeur de taxi après avoir tenté de s’enfuir pour ne pas payer le montant de la course, il plaide coupable. Il intègre alors un groupe des Alcooliques anonymes et se tourne vers les traditions anishinaabe. Cependant, il continue à mener une vie plus ou moins erratique pendant de nombreuses années, occupant des emplois temporaires dans des entrepôts ou sur des chantiers, ou réalisant, çà et là, des contrats de recherche que lui confient des organisations des Premières Nations.

Carrière musicale

À la fin des années 1990, Wab Kinew forme, avec plusieurs de ses amis, un groupe rap, les Dead Indians. Bien qu’il n’ait jamais sorti un album longue durée, le groupe effectue des tournées en Amérique du Nord et acquiert une certaine notoriété parmi la jeunesse autochtone grâce aux médias sociaux. Il cesse toutefois pratiquement de se produire collectivement en 2008.

En 2009, Wab Kinew sort un album hip‑hop solo, Live by the Drum, du nom d’une émission populaire de la radio de la CBC qu’il animait. L’album remporte le prix du meilleur album rap/hip‑hop aux Aboriginal Peoples Choice Music Awards (auj. les Indigenous Music Awards). L’année suivante, il sort Mide‑Sun, son deuxième album solo de hip‑hop. Plusieurs années plus tard, lorsqu’il entrera en politique, les paroles de ces deux albums referont surface de façon polémique.

Journalisme et militantisme

La publication d’une tribune libre sur l’équipe canadienne olympique de hockey dans le Winnipeg Free Press à la fin de 2005 permet à Wab Kinew d’attirer l’attention d’un producteur de la radio de la CBC qui lui offre la possibilité de travailler comme producteur associé pour CBC Manitoba. Il passe ensuite au reportage télévisé et anime également une émission artistique hebdomadaire à la radio intitulée The 204.

En 2012, Wab Kinew acquiert une notoriété nationale en animant 8th Fire, une série documentaire diffusée à la télévision de la CBC qui traite des relations entre les Canadiens autochtones et non autochtones. Cette même année, il quitte la CBC pour intégrer l’Université de Winnipeg en tant que premier directeur de l’institution responsable de l’inclusion des Autochtones. Ultérieurement, il est promu vice‑président associé chargé des relations avec les autochtones sans que ses fonctions universitaires l’empêchent de poursuivre sa carrière d’animateur à la radio et à la télévision ni n’entravent une célébrité nationale de plus en plus affirmée. Alors qu’il occupe toujours son poste à l’université, il travaille également comme correspondant auprès d’Al Jazeera America dans le cadre de la série documentaire Fault Lines.

En 2014, Wab Kinew participe à l’émission‑concours littéraire télévisée de CBC Canada Reads au cours de laquelle il défend le futur vainqueur, Joseph Boyden,avec The Orenda (trad. Dans le grand cercle du monde). À l’occasion de ce débat, il s’oppose à des rivaux comme Stephen Lewis avec lequel il a des échanges particulièrement animés au sujet de la représentation visuelle offerte par Joseph Boyden, dans son roman, de la tradition anishinaabe de la danse du soleil. L’année suivante, la CBC le choisit pour animer l’édition 2015 de Canada Reads. Il fait également partie des prétendants pour animer l’émission Q de la radio de la CBC après le départ de Jian Ghomeshi. En outre, il détourne l’émission George Stroumboulopoulos Tonight en organisant, de façon totalement impromptue, un rassemblement éclair de danse en rond alors que la vague de protestations et de manifestations du mouvement Idle No More bat son plein dans tout le Canada, une intervention qui restera gravée dans les mémoires.

En 2015, Wab Kinew rédige un ouvrage autobiographique largement consacré à sa relation, souvent très tendue, avec son père qui se meurt alors d’un cancer, et à son exploration de la culture anishinaabe, sa culture d’origine. Après la publication de son livre, il est de plus en plus fréquemment invité à donner des conférences et à s’exprimer dans les médias. Il occupe également les fonctions de premier président du groupe consultatif pour les Autochtones mis sur pied par le maire de Winnipeg Brian Bowman à la suite d’un article du magazine Maclean’s attribuant à Winnipeg le titre peu enviable de ville la plus raciste au Canada (voir aussi Préjugés et discrimination au Canada).

Carrière en politique

En 2015, le bruit court que Wab Kinew, qui avait refusé jusque‑là de se positionner clairement quant à ses éventuelles ambitions politiques, souhaite se porter candidat pour le Parti libéral dans la circonscription de Winnipeg‑Centre aux élections fédérales. Toutefois, c’est en politique provinciale qu’il va faire ses débuts. En février 2016, il annonce qu’il souhaite être investi par le Nouveau Parti démocratique (NPD) dans la circonscription urbaine winnipégoise de Fort Rouge, a priori acquise à ce parti. La compétition y sera malgré tout très largement suivie, notamment parce que sa principale rivale est Rana Bokhari, la chef libérale manitobaine. Le 19 avril, à l’occasion des élections générales provinciales, Wab Kinew l’emporte facilement avec 37 % des voix, Rana Bokhari terminant, elle, troisième avec 20 % des voix, derrière le candidat progressiste‑conservateur.

Toutefois, en dépit de cette victoire, le NPD perd les élections provinciales et son chef, Greg Selinger, démissionne le soir même. Au sein d’un parti qui semble en plein désarroi, Wab Kinew s’impose, au cours de l’année 2016, comme l’un des députés les plus efficaces de l’opposition. En avril 2015, il annonce son intention de concourir pour la chefferie du NPD provincial.

Controverses

Outre le fait que Wab Kinew ait été condamné au pénal pour conduite en état d’ébriété et pour agression, ses paroles de chanson rap et ses gazouillis sur son compte Twitter suscitent également polémiques et controverses. En effet, en dépit de son statut de candidat‑vedette pour le NPD lors des élections provinciales de 2016, sa campagne est sérieusement perturbée lorsque certaines paroles de ses chansons et des gazouillis, rédigés des années auparavant, refont surface. Il s’agit notamment de messages sur Twitter où il parle de « grosses pitounes » et suggère que le jiu‑jitsu est un sport d’homosexuels. Il avait également publié le gazouillis suivant : « Riding in my limo back to my king sized sweet [sic] feeling really bad for those kids in Attawapiskat. #haha #terrible #inative » (« Confortablement installé dans ma limousine, en route vers ma luxueuse suite, je me sens vraiment mal pour les gamins d’Attawapiskat. » [Traduction libre])

En 2014, Wab Kinew présente ses excuses, dans son ouvrage autobiographique ainsi qu’à l’occasion des Aboriginal Peoples Choice Music Awards, pour les paroles de rap misogynes et homophobes qu’il avait composées. Ultérieurement, dans le cadre de sa première campagne électorale, il présente à nouveau ses excuses pour ses commentaires inacceptables sur Twitter, à l’occasion d’une conférence de presse au cours de laquelle il est accompagné de Greg Selinger et de plusieurs autres députés du NPD. Il souligne en particulier que son gazouillis relatif à Attawapiskat avait un caractère satirique et qu’il souhaitait mettre en évidence son propre statut de privilégié. Cependant, ces controverses occupent une grande partie de sa campagne. Il est également impliqué dans l’affaire Joseph Boyden, défendant farouchement son ami accusé d’avoir surestimé, voire falsifié, ses ascendances autochtones.

Le passé de Wab Kinew revient une fois de plus le hanter durant sa campagne à la chefferie du NPD en 2017. Un mois avant le vote final, un courriel parvient aux médias prétendant que le candidat cache des détails de ses antécédents judiciaires, notamment de deux cas d’accusation de violence conjugale. Wab Kinew précise alors que les accusations en question ont fait l’objet d’une enquête et qu’elles ont finalement été abandonnées. Puis, un deuxième courriel avance que le candidat a été reconnu coupable de sept crimes, y compris un vol de moins de 5 000 $ par l’encaissement d’un chèque qui n’était pas à son nom. Toutefois, il s’agit plutôt d’accusations, et non pas de condamnations, qui ont d’ailleurs été retirées. Wab Kinew en profite pour réitérer qu’il avait été réhabilité en 2015 pour ses crimes.

Vie personnelle

Wab Kinew épouse Lisa Monkman, une médecin, en 2014. Il a, par ailleurs, deux fils d’une relation précédente. Il est membre de la Midewiwin, la société anishinaabe des guérisseurs et chefs spirituels.

Prix

Meilleur album rap ou hip‑hop (Live by the Drum), Aboriginal Peoples Choice Music Awards (auj. Indigenous Music Awards) (2009)

Doctorat honoris causa en littérature, Université de Cape Breton (2014)