Victoria Grace Blackburn

Victoria Grace Blackburn, journaliste, poétesse, dramaturge, romancière (Québec, 17 avril 1865 - London, Ont., 4 mars 1928). Née à Québec, Blackburn fréquente le Hellmuth Ladies' College à London, en Ontario. Après avoir obtenu son diplôme, elle est enseignante à Faribault, au Minnesota, puis directrice de la Diocesan School of Northern Indiana à Indianapolis. Après son travail dans le domaine scolaire, Blackburn déménage à New York pour étudier le journalisme, le théâtre et la critique de théâtre. En 1896, elle retourne à London, en Ontario, et travaille en tant que critique littéraire et de théâtre pour le London Free Press, un journal qui appartient à son père. Blackburn devient rédactrice adjointe en 1918, et travaille pour ce journal jusqu'à sa mort en 1928.

En plus du journalisme, Blackburn écrit de nombreux poèmes, deux pièces en un acte et un roman. Les thèmes de sa poésie, par exemple l'amour malheureux, sont explorés sous des formes qui vont de la satire à la tragédie, et témoignent de l'intérêt de l'auteure pour les lieux étrangers, où elle situe l'action. Ses pièces illustrent l'attention que Blackburn porte aux questions intimes et sociales. Seal of Confession est une réflexion sur le sacrifice de soi à partir du point de vue d'un prêtre français et The Little Gray fait connaître le côté introspectif de l'auteur en se moquant de sa classe sociale et de sa fascination pour la mode et l'esthétique. Aucune de ses pièces n'a été publiée, mais les manuscrits en sont conservés au centre des archives et de la recherche de l'UNIVERSITÉ WESTERN ONTARIO.

L'œuvre de Blackburn qui a reçu les critiques les plus élogieuses, The Man Child (1930), adopte un ton beaucoup plus sérieux que ses œuvres précédentes. Publié deux ans après la mort de l'auteure, le roman suit Jack Winchester, un garçon du Canada qui part de London pour aller dans les tranchées de France pendant la PREMIÈRE GUERRE MONDIALE. Le livre vante les mérites des volontaires et des armées alliées, mais sans faire l'éloge de la guerre. The Man Child est plutôt un hommage aux soldats et à leur dévouement envers la cause. Blackburn joue avec la forme du roman pendant que l'histoire se déroule; à partir d'une structure narrative traditionnelle, le roman devient épistolaire quand l'action se déplace de London vers la France. Ce changement de forme n'est pas seulement une démonstration de l'habileté de l'auteur, mais aussi un reflet du changement que vit le protagoniste quand la guerre devient son expérience personnelle plutôt qu'une simple histoire à lire à des milliers de kilomètres de distance.

Blackburn est l'une des fondatrices du London's Women's Canadian Club, dont elle est présidente de 1918 à 1919. Elle est aussi présidente du London Women's Press Club (1921-1923).