Taylor, Charles

Charles Taylor, philosophe, théoricien politique (Montréal, 5 nov. 1931). Charles Taylor fait ses études à l'Université McGill, où il obtient un baccalauréat en histoire. À titre de boursier de la fondation Cecil Rhodes, il fréquente ensuite l'Université d'Oxford, où il termine un baccalauréat, une maîtrise et un doctorat en philosophie. Après avoir enseigné la philosophie et la science politique à l'Université McGill, Taylor devient professeur Chichele de théorie politique et sociale à l'Université d'Oxford (1976). En 1982, il retourne au département de science politique à l'Université McGill, où il parvient finalement au rang de professeur émérite. Plus tard, il se joint aux départements de philosophie et de droit de l'Université NorthWestern. Taylor a également été impliqué activement dans la politique canadienne, agissant à titre de vice-président du NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE fédéral et de président du NPD au Québec. En 1965, il s'est présenté contre Pierre TRUDEAU. Charles Taylor est un philosophe reconnu à l'échelle internationale et il vise à réduire l'écart entre les théories philosophiques et l'action politique.

Dans sa première œuvre The Explanation of Behaviour (1964), Taylor critique la théorie psychologique du behaviorisme et maintient plutôt que les explications des actions humaines doivent inclure une référence à l'intention et toujours viser un élément d'interprétation. Par conséquent, il voit les SCIENCES SOCIALES comme fondamentalement différentes sur le plan de la méthode des sciences physiques. En plus de son ouvrage bien connu Pattern of Politics (1970), il rédige un commentaire philosophique digne de mention, Hegel (1975) et, en 1979, il publie Hegel and Modern Society. Bon nombre de ses courts articles sont regroupés dans Philosophical Papers (2 vol., 1985).

Taylor attire d'abord un public différent de ses compagnons philosophes avec la publication de son ouvrage publié à grande échelle Sources of the Self : The Making of the Modern Identity (1989). L'ouvrage contient une histoire annotée des notions changeantes de l'identité, et les implications subséquentes relatives aux interactions personnelles et sociales. Son ouvrage The Ethics of Authenticity (1991) est fondé sur sa Massey Lecture (conférence), qui porte le titre de la phrase qu'il a inventée, The Malaise of Modernity. Dans cet ouvrage, Taylor examine les façons visant à réconcilier le soi-disant conflit entre l'individualisme et les groupes sociaux plus grands.

Taylor a été un ardent et franc défenseur du fédéralisme au Canada. En 1993, il publie Reconciling the Solitudes : Essays on Canadian Federalism and Nationalism. Son intérêt continu envers les effets pratiques des théories et des idées contemporaines est évident dans son ouvrage Multiculturalism : Examining the Politics of Recognition (1994).

En 2003, Charles Taylor est le premier lauréat de la Médaille d'or du Conseil de recherches en sciences humaines pour les réalisations en recherche. Ses inlassables efforts pour éliminer les obstacles traditionnels entre les approches scientifiques et spirituelles envers la connaissance et la compréhension sont reconnus lorsqu'il reçoit le prix académique le plus lucratif du monde. En effet, en 2007, il reçoit le prix Templeton, qui récompense le progrès de la recherche dans le domaine des réalités spirituelles. Ce prix s'accompagne d'une bourse de 1,7 million de dollars. Charles Taylor est Compagnon de l'Ordre du Canada.