Sylvia Tyson

  Sylvia Tyson (née Fricker). Auteure-compositrice-interprète, guitariste, communicatrice (Chatham, Ont., 19 septembre 1940). Sa mère était professeure de musique, organiste au service du culte et directrice de chorale. Sylvia Tyson chanta et joua de la guitare et de la cithare d'amateur dans les cafés de Toronto (Bohemian Embassy, Village Corner Club, etc.), et se produisit de temps à autre dès 1959 avec Ian Tyson, avec qui elle forma éventuellement le duo populaire Ian and Sylvia (1961-1975). Elle composa maintes chansons de leur répertoire. L'une d'elles, « You Were on My Mind » valut un grand succès au groupe américain We Five en 1965, et fut enregistrée par d'autres artistes un peu partout dans le monde. Elle conserve plusieurs autres titres (« Sleep on My Shoulder », « River Road » et « Trucker's Cafe ») au programme de ses spectacles dans les clubs et les salles de concert; elle les réenregistra, en 1989, sur son disque You Were on My Mind.

Dans les dernières années du duo, elle commença à chanter en solo, et elle anima l'émission de musique folk « Touch the Earth » à la radio de la SRC (1974-1980). Elle poursuivit une double carrière à la scène et à la radio pendant les années 1980 : elle anima les émissions « Heartland » (1980) et « Country in My Soul » (1981-1983) à la télévision de la SRC avant de devenir scénariste de « Video Hits ». Parallèlement, elle se produisit en concert et dans les clubs avec les distributions successives de Great Speckled Bird (le groupe formé en 1968 pour accompagner le duo Ian and Sylvia).

Sylvia Tyson enregistra deux microsillons pour Capitol au milieu des années 1970 (Woman's World, SKAO-6430; Cold Wind from the North, ST-6441), deux sur sa propre étiquette Salt en 1978 et 1979 (Satin on Stone, SR-101; Sugar for Sugar, Salt for Salt, SR-102) et deux pour Stony Plain (Big Spotlight, SLP-1100, paru en 1986; You Were On My Mind, SPCD-1140, paru en 1989).

Deux chansons country de Big Spotlight, « Denim Blue Eyes » et « Too Short a Ride », connurent un certain succès en 1986 et 1987 respectivement. Il faut aussi souligner ces autres titres de Sylvia Tyson : « Smiling Wine » (de l'époque de Ian and Sylvia, interprétée plus tard par Shirley Eikhard), « Régine » et « Le Moulin à Pépère / Pepere's Mill » (la dernière chanson écrite et enregistrée par Sylvia Tyson et Lucille Starr). Ses chansons ont aussi été enregistrées par Crystal Gayle, Jay and the Americans, the Lettermen, Chad Mitchell, Nana Mouskouri et Kitty Wells.

Le CD Gypsy Cadillac (1992, Silver City, SCD 2266), coproduit par Sylvia Tyson et Tom Russell, contenait ses propres chansons ainsi que d'autres coécrites avec Eikhard, Colleen Peterson et Russell. En 2000, elle fit paraître River Road and Other Stories (Salt Music 23339-4004-2), tiré de son spectacle solo autobiographique. The Very Best of Sylvia Tyson: You Were on my Mind (Varese Sarabande VSD-6228) suivit en 2001.

Dans le Globe and Mail (Toronto, 29 novembre 1976), Paul McGrath fit allusion à sa « voix caractéristique que certains aimaient et que d'autres trouvaient affectée ». Il poursuivait : « Elle a une façon de roucouler quand elle chante qui rappelle Loretta Lynn... bien qu'écrites dans un style fidèle aux accents du terroir, ses chansons possèdent une sophistication que j'aime croire attribuable à ses racines canadiennes... Elles ne sont pas obsédées par le blues ni par le désir de se situer à droite du courant <middle-of-the-road>; elles ont habituellement des histoires simples à raconter... des sujets généralement ignorés par le genre country. »

Sylvia Tyson renoua avec les prestations de groupe en cofondant l'ensemble Quartette avec Peterson. Leur premier spectacle, avec les membres Cindy Church et Caitlin Hanford, eut lieu en 1993 au Harbourfront, à Toronto. Jusqu'à 2003, l'ensemble, auquel se joint Gwen Swick en remplacement de Peterson (mort prématurément), poursuivit les enregistrements et les tournées qui furent salués unanimement par les critiques. Sylvia Tyson poursuivit sa carrière solo en parallèle, demeurant principalement fidèle au style country-folk. Elle joua également sur scène dans River Road et The Piano Man's Daughter... and Others, d'après le roman de Timothy Findley (1995-1997).

Elle siégea aux conseils d'administration de FACTOR, des Prix Junoet de l'Association des auteurs-compositeurs canadiens, et elle participa à un comité consultatif fédéral sur les aspects culturels de l'autoroute de l'information. Comme communicatrice, elle fit la narration de la série vidéo History Lands. En 1994, elle fut nommée membre de l'Ordre du Canada. On l'a considérée comme une inspiration pour la génération d'auteures-compositrices-interprètes qui a suivi, Eikhard et Marie-Lynn Hammond, entre autres.

Elle est la mère de l'auteur-compositeur-interprète et guitariste Clay Tyson.

Textes

« Songwriters as observers of life », Country (mai-juin 1990)

avec Tom Russell, ed., And Then I Wrote: The Songwriter Speaks (Vancouver 1995)

Bibliographie

Marci McDONALD, « The Sylvia half of Ian and Sylvia is 'busting out' », Toronto Star (28 juill. 1973).

Robert MARTIN, « Sylvia Tyson solo : running hard and recalling the home town scene », Globe and Mail (Toronto, 12 juill. 1975).

Barrie HALE, « Sylvia solo », Canadian Magazine (2 août 1975).

Norman SNIDER, « The Public and private lives of Sylvia Tyson », Toronto Life (nov. 1978).

Gavin MURPHY, « Sylvia Tyson : keeping busy on her own terms », CMN, IV (nov. 1983).

Ellen SCHWARTZ, Born a Woman : Seven Canadian Women Singer-Songwriters (Winlaw, BC 1988).

Lucinda CHODAN, « Sylvia Tyson : A Star is reborn », Country, 30 avril 1992.

Alan NIESTLER, « River Road and Other Stories », Globe and Mail (11 août 2000).