Catherine Sutton, née Sonego, ou Nahnebahwequay, « femme honnête », porte-parole mississauga (ojibwé) (sur la batture de la rivière Credit, Haut-Canada, 1824 -- canton Sarawak, Canada-Ouest, 26 sept. 1865), nièce de Peter Jones. Elle grandit dans la mission de la rivière Credit. En épousant William Sutton, un Anglais, elle perd les annuités des Indiens auxquelles elle et ses enfants avaient droit. Irritée par la façon dont le ministère des Affaires indiennes traite sa famille et les Indiens en général et résolue à obtenir justice, Catherine Sutton se rend en Angleterre en 1860 où elle est même reçue en audience particulière par la reine Victoria. La situation ne change guère, cependant, ce qui lui fait écrire avec amertume, deux ans plus tard, que la justice, dans l'esprit des Blancs, est que « la raison du plus fort est toujours la meilleure ».