Schmirler, Sandra

Sandra Marie Schmirler, joueuse de curling (Biggar, Saskatchewan, 11 juin 1963 - Regina, Saskatchewan, 2 mars 2000). Sandra Schmirler, baptisée « Shmirler the Curler » est considérée comme la meilleure joueuse de curling du monde quand elle mène son quatuor à la première médaille d'or OLYMPIQUE jamais décernée dans ce sport. Sandra Schmirler a grandi à Biggar, elle s'intéresse à plusieurs sports, se distinguant dans certaines disciplines. Elle commence à s'intéresser au curling quand un cours d'introduction au curling est présenté à sa classe de 7e année, dans le cadre du programme scolaire d'éducation physique. Sa passion pour ce sport et le talent qu'elle déploie se remarquent très tôt et elle commence à prendre part à des compétitions provinciales. Pendant ses années d'adolescence, elle est membre de deux équipes provinciales qui participent aux Championnats de curling. Elle s'inscrit à l'UNIVERSITÉ DE LA SASKATCHEWAN pour y suivre des études d'éducation physique tout en continuant à jouer au curling à l'échelle provinciale.

En 1990, à la suite d'une piètre performance aux Championnats provinciaux, Sandra Schmirler décide de former sa propre équipe qui allait remporter par la suite de nombreux succès et devenir l'un des partenariats les plus fructueux de l'histoire du curling au Canada. Cette équipe, composée de Schmirler (capitaine), Jan Betker (joueuse No 3), Marcia Gudereit et Joan McCusker, remportera six Championnats provinciaux, trois Championnats canadiens et trois Championnats du monde dans les années 1990. Aucune autre équipe féminine canadienne, composée des mêmes membres, n'avait remporté autant de titres et à mesure que le début des Jeux olympiques de Nagano se rapproche, les quatre femmes redoublent d'efforts et se qualifient pour prendre part aux Jeux, devenant ainsi la première équipe de curling du Canada à participer aux Jeux olympiques. À Nagano, l'équipe canadienne devient rapidement l'équipe à battre, remportant cinq des six matchs du tournoi à la ronde. L'équipe qui comprend aussi la joueuse suppléante Atina Ford finit par décrocher la première médaille jamais décernée aux femmes en curling, le 15 février 1998, au terme d'un match où elle affrontait l'équipe danoise. En reconnaissance de ce fructueux partenariat, l'équipe sera désignée Équipe de l'année 1998 par la Presse canadienne et sera intronisée, en 1999, au Temple de la renommée du curling du Canada. Les membres de l'équipe se verront également décerner un doctorat honorifique en droit par l'UNIVERSITÉ DE REGINA.

Sandra Schmirler était non seulement considérée comme une concurrente redoutable, mais également comme l'une des meilleures ambassadrices du curling. Ses admirateurs étaient charmés par son dévouement à sa famille et à ses amis et par la modestie qu'elle affichait quand elle recevait des marques d'approbation. À la suite de la naissance de son deuxième enfant en 1999, Sandra Schmirler apprit qu'elle était atteinte d'un cancer qui allait l'emporter l'année suivante. En dépit de sa maladie, elle continua à s'intéresser au curling, allant jusqu'à commenter, quelques semaines avant son décès, les Championnats canadiens de curling junior. À titre posthume, elle fut intronisée au TEMPLE DE LA RENOMMÉE DES SPORTS DU CANADA et reçut l'Ordre du mérite de la Saskatchewan en 2000. En 2001, ses amis et sa famille créèrent la Fondation Sandra Schmirler à sa mémoire. Avec son slogan « Petit champion deviendra grand », la fondation recueille des fonds pour venir en aide aux unités de soins néonatals intensifs dans tout le Canada. En 2009, elle reçut à titre posthume le World Curling Freytag Award qui souligne l'esprit sportif et le caractère exceptionnels des champions de curling du monde.