Sally Clark

Sally Joan Clark, dramaturge, écrivaine, peintre, cinéaste (Vancouver, 26 juillet 1953). Sally Clark étudie à l'Université de la Colombie-Britannique (1971-1973) et à l'Université York, à Toronto (baccalauréat en beaux-arts, 1975). Clark, une dramaturge qui se distingue par son style et sa vision, offre un mélange enivrant de comédie et de tragédie, de satire noire et de douleur. Ses pièces portent généralement sur des femmes fortes et résistantes qui en veulent à la société dans laquelle elles vivent. Plusieurs d'entre elles sont inspirées de personnalités historiques.

En 1984, elle met en scène Ten Ways to Abuse an Old Woman, sa première pièce en un acte, dans le cadre du Rhubarb Festival au Buddies in Bad Times Theatre. C'est en 1984 qu'elle se fait remarquer, lorsque Clarke Rogers met en scène sa première pièce complète, Lost Souls and Missing Persons, au Theatre Passe Muraille, à Toronto.

Moo, une de ses pièces très réussies, est créée dans le cadre du festival de pièces nouvelles de l'Alberta Theatre Project (1988), et on peut la voir au Factory Theatre, à Toronto, en 1989. Écrite en 47 courtes scènes mordantes, elle raconte l'histoire d'une femme excentrique qui est obsédée par un coureur de jupons dénommé Harry et qui le suit dans le monde entier. Elle remporte le Prix Chalmers attribué à une pièce canadienne de 1989. La production de The Trial of Judith K de Clark par la Canadian Stage Company (1989), vaguement inspirée du roman de Franz Kafka, mais avec une femme d'affaires comme personnage principal, est en lice pour un DORA AWARD et pour le PRIX LITTÉRAIRE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL de 1991.

Jehanne of the Witches, produite par le Tarragon Theatre en 1989, porte sur Jeanne d'Arc et son amitié avec le massacreur Gilles de Rais, aussi connu sous le nom de Barbe-Bleue. Life Without Instruction, produite par le Theatre Plus en 1991, est une comédie à saveur de vengeance inspirée de l'histoire et du procès de la peintre italienne Artemisia Gentileschi, violée par son professeur. Saint Frances of Hollywood, dont la première a lieu en 1994, est fondée sur la vie et les souffrances de la vedette hollywoodienne Frances Farmer.

La comédie W.A.S.P.s est créée au Factory Theatre en 1996, et la dramaturge met elle-même en scène sa reprise au Vancouver Little Theatre l'année suivante. La première de The Widow Judith a lieu au Glen Morris Theatre, à Toronto, en 1998.

Pendant sa résidence au Canadian Film Centre en 1991-1992, Clark adapte et réalise une version cinématographique de Ten Ways to Abuse an Old Woman, qui remporte le Prix spécial du Jury au Festival international des écoles de cinéma des Rencontres Henri Langlois, à Poitiers, en France. Un autre court-métrage, The Art of Conversation, se mérite le Bronze Award pour le meilleur court-métrage dramatique au Worldfest Charleston Festival.

Les pièces de Clark sont mises en scène dans tout le Canada et à New York, et Clark est dramaturge en résidence pour le Theatre Passe Muraille, le Shaw Festival, le Buddies in Bad Times Theatre et le Nightwood Theatre ainsi qu'écrivaine en résidence à l'Université de Waterloo et à la Berton House, à Dawson.

Elle est également une artiste accomplie, et ses peintures sont présentées dans de nombreuses expositions, tant à Toronto qu'à Vancouver. Son roman, Waiting for the Revolution, est publié en 2010 par Cormorant Books.