Recherche et développement agricoles

L'industrie agroalimentaire canadienne produit et transforme efficacement des aliments pour l'homme et les animaux grâce à des agriculteurs acharnés et innovateurs, à une bonne gestion des ressources du sol et à l'application de technologies dérivées de la recherche agricole. L'agriculture canadienne est composée d'un grand nombre de fermes indépendantes, de superficies et de types de production différents. Les agriculteurs fonctionnent à une échelle relativement petite, dans des climats différents, sur des sols distincts et dans diverses conditions. Ils n'ont pas les moyens de financer, d'organiser et d'effectuer des recherches. Comme il en va de l'intérêt public, la plupart des recherches agraires et des recherches en alimentation sont financées directement ou indirectement par les gouvernements.

La priorité de la recherche agricole est la production d'aliments. Cependant, le système Agriculture et Aliments comprend aussi les industries des secteurs de la transformation, de l'approvisionnement et de la commercialisation des produits agricoles. Les produits agricoles devant satisfaire nos besoins nutritionnels, la recherche en alimentation complète la recherche en production agricole classique pour produire en abondance un large éventail d'aliments de haute qualité.

Au Canada, la nécessité de la recherche agricole est reconnue depuis plus de 100 ans. La première étape de l'organisation de cette recherche a lieu en 1859 quand l'abbé Pilote fonde la première école canadienne d'agriculture à Sainte-Anne-de-la-Pocatière, au Québec. En 1863, le docteur A. Smith fonde l'Ontario Veterinary College. L'Ontario School of Agriculture ouvre ses portes à Toronto en 1873, déménage à Guelph en 1874, puis devient l'Ontario Agricultural College et enfin l'U. de Guelph. Bien que les recherches effectuées dans ces trois écoles soient utiles, les diverses conditions climatiques et pédologiques limitent leur applicabilité. Dix ans plus tard, les méthodes agricoles se révèlent inadéquates, les sols s'appauvrissent et donnent de piètres rendements de cultures. La crise agricole répandue amène de nouveau la nécessité de la recherche agricole à l'ordre du jour, et, en 1886, le parlement adopte une loi afin d'établir cinq fermes expérimentales.

Le système de Stations De Recherche et de fermes expérimentales s'étend et comprend plus de 40 établissements de recherches d'un océan à l'autre. Des organismes de recherches provinciaux sont fondés, et les programmes de recherches industriels et universitaires prolifèrent. Durant un siècle de recherches, on améliore des souches animales et des souches de variétés végétales; on instaure de bonnes pratiques de Conservation Des Sols; on réduit ou élimine les pertes causées par les Insectes Nuisibles, les Maladies Des Plantes, les maladies des animaux, la Sécheresse et le gel; on découvre des méthodes économiques d'entreposage et de conservation des aliments; et on développe de meilleurs moyens d'utiliser les Cultures alimentaires et les produits de l'élevage. Ces types de recherches rassurent les agriculteurs canadiens et procurent de meilleurs produits aux consommateurs.

Responsabilité de la recherche

Au Canada, les gouvernements provinciaux et fédéral peuvent légalement entreprendre des recherches. La responsabilité de la congruence de l'ensemble revient aux autorités fédérales, tandis que les provinces ont juridiction sur l'enseignement et les services de vulgarisation agricoles. La recherche est partagée entre Agriculture et Agroalimentaire Canada et d'autres organismes fédéraux, les ministères de l'Agriculture provinciaux, les conseils de recherches provinciaux, les départements universitaires d'agriculture et de Médecine Vétérinaire et l'industrie privée. Les rôles respectifs de ces organismes sont tenus et définis par les représentants des institutions et des ministères lors d'une série de conférences tenues en 1964. Les représentants acceptent que tous les organismes engagés dans la recherche agricole soient libres d'entreprendre toute enquête relevant de leur compétence. Aujourd'hui, 3632 scientifiques font de la recherche agricole à plein temps ou à temps partiel.

Deux comités nationaux principaux constitués de représentants des gouvernements provinciaux et fédéral, des universités et d'autres organismes engagés dans la recherche sont responsables de la coordination de la recherche agricole. Le Comité de coordination des services agricoles du Canada (créé en 1932 et réorganisé en 1964) coordonne les recherches, la vulgarisation et l'enseignement. Il est responsable de l'évaluation des besoins en recherches immédiats et futurs et de l'élaboration des propositions appropriées. Les comités provinciaux et régionaux évaluent la recherche et l'enseignement agricoles dans les provinces et font des recommandations. Le Conseil canadien de la recherche agronomique (créé en 1974) est le principal conseiller gouvernemental dans ce domaine.

Les succès et les buts

La révision et l'ajustement de la politique en matière de recherche agricole sont incessants. Les changements dans la structure et l'organisation des recherches doivent aller de concert avec les changements en agriculture. Le succès des recherches agricoles est en partie le résultat des liens entre la découverte scientifique, le développement et l'application de la technologie. Les résultats des recherches sont habituellement diffusés par les services de liaison agricole des ministères de l'Agriculture provinciaux. Cependant, les résultats qui peuvent être immédiatement intégrés aux pratiques agricoles sont parfois diffusés par l'organisme qui dirige les recherches.

Les succès du Canada en sélection de plantes, en enraiement de maladies et en Élevage Des Animaux lui valent une renommée internationale. Les différentes créations de variétés de Blé (du Red Fife, vers 1840, au Marquis, en 1907) et, plus tard, la création de variétés résistantes à la rouille (comme Renown, en 1936, et Selkirk, en 1953) sont parmi les plus importantes réussites. La recherche sur la rouille est entreprise à la station de recherches d'Agriculture et Agroalimentaire Canada à Winnipeg (fondé en 1925).

La création du Canola comme source d'Huile Végétale et de tourteau sans danger pour l'homme et les animaux connaît un succès retentissant après la guerre. Des chercheurs de l'U. du Manitoba ont largement contribué à la production d'une nouvelle céréale, le Triticale, croisement fertile de deux sortes de céréales : le blé et le Seigle.

Le perfectionnement du maïs, du Soja, du Tournesol, du Tabac et de différentes cultures de Fruits et de Légumes pour augmenter leur superficie de culture et leur rendement sont des améliorations moins spectaculaires, mais très importantes du point de vue économique.

Le succès le plus connu en sélection animale est peut-être la mise au point de la race de Porc Lacombe à la station de recherches d'Agriculture et Agroalimentaire Canada à Lacombe, en Alberta. Des travaux sont aussi effectués sur la volaille (pour la viande et la production d'oeufs; voir Aviculture), les bovins de boucherie (voir Bovins, Élevage Des) et les bovins laitiers (voir Élevage Laitier). Ces travaux impliquent d'importantes recherches en génétique et sur les anomalies congénitales des animaux, ce qui peut être applicable à l'étude des maladies génétiques chez l'homme.

Les méthodes agricoles ont changé, mais la responsabilité du système de l'agriculture et de l'alimentation du Canada est toujours de procurer à la population un approvisionnement adéquat en aliments complets et nutritifs. La prise de conscience grandissante du contrôle de la qualité des aliments s'est concentrée sur les besoins en recherche agricole. Il faut aussi mettre l'accent sur l'utilisation et la conservation des Ressources (particulièrement des sols) et sur le développement de nouvelles sources d'Énergie.

Voir aussi Aide Agricole.

Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada est l'organisme public de recherche le plus important et assume la plus grande part des responsabilités des recherches agricoles et en dirige plus de 50 p. 100. Le programme est surtout centré sur la Direction de la recherche, mais des fonds sont tout de même accordés pour la recherche vétérinaire dans les départements de santé animale des universités et à d'autres institutions privées ou publiques. La Direction de la recherche est créée en 1959 par la fusion de deux services de recherches du ministère Agriculture et Agroalimentaire Canada : le Service des fermes expérimentales et le Service de la science. Agriculture et Agroalimentaire Canada emploie près de 950 scientifiques dans ses différentes institutions de recherche.

Les ministères de l'agriculture provinciaux

Les ministères de l'agriculture provinciaux jouent un rôle vital dans le domaine de la recherche. Les provinces peuvent facilement identifier les besoins en recherche surtout grâce à leur personnel de liaison qui est en contact direct avec les agriculteurs. Elles participent aussi à des comités consultatifs aux niveaux provincial et national. La recherche agricole varie d'une province à une autre en raison du développement historique du Canada, des différences d'importance économique et de la nature des produits agricoles des différentes provinces.

Les provinces de l'Ouest effectuent relativement peu de recherche, elles comptent plutôt sur les universités et les stations de recherche agricole du gouvernement fédéral. En Ontario et au Québec, les ministères provinciaux supportent des services, des fermes et des stations de recherches et subventionnent aussi la recherche agricole dans les universités. Les provinces de l'Atlantique, qui n'ont que deux institutions offrant des études agricoles, comptent davantage sur les programmes de recherches du gouvernement fédéral que les autres régions du pays. L'Alberta, l'Ontario et le Québec ont un conseil de recherche agricole qui identifie les besoins en recherche, planifie et coordonne les programmes de recherche et accorde et des subventions.

Les universités

Les universités canadiennes offrent des programmes de recherche agricole nécessaires à la formation des chercheurs scientifiques. Dans une certaine mesure, elles sont les institutions de recherche des gouvernements provinciaux et fédéral. Au Canada, les chercheurs des 11 facultés d'agriculture et de médecine vétérinaire constituent le deuxième groupe en importance pour la recherche agronomique.