L'orignal (Alces alces) est la plus grande des espèces de la famille des cerfs (cervidés). Le poids de la femelle peut atteindre 350 kg et le mâle peut peser jusqu'à 600 kg. L'orignal a un pelage noir, de longues pattes en forme d'échasses, utiles pour la marche dans la neige épaisse, un dos bossu, un museau allongé à la lèvre supérieure pendante, de grandes oreilles et un fanon (repli de peau) sous le cou.

Répartition et habitat
On trouve l'orignal dans la forêt boréale depuis Terre-Neuve (où il a été introduit) et la péninsule du Québec-Labrador, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick jusqu'en Colombie-Britannique, à l'Ouest, et en Alaska, au Nord. En Europe, où on l'appelle élan, on le rencontre de l'Asie septentrionale jusqu'en Scandinavie.

Bois
Le mâle a un long panache aux bois palmés, qui s'étend horizontalement. Les bois se mettent à pousser en avril et sont couverts de velours jusqu'en août ou au début de septembre. Le mâle se sert de son panache pour se battre pendant la saison du rut, en septembre et en octobre, et le perd entre décembre et février.

Reproduction et croissance
Pendant la saison du rut, la femelle brame longuement. En imitant ses cris, les chasseurs attirent les mâles. La femelle peut se reproduire dès l'âge de 16 ou 17 mois jusqu'à l'âge de 18 à 20 ans. Les veaux naissent à la fin de mai ou au début de juin. Les nouveau-nés pèsent de 11 à 16 kg et leur pelage de couleur unie rouge pâle ou brun roux aide à les camoufler sous le couvert forestier pendant que la mère broute aux environs et reste prête à les défendre.

Régime alimentaire
L'orignal broute les rameaux et le feuillage de bouleau, de tremble et de saule; en hiver, il se nourrit des aiguilles de sapin baumier. Après un incendie de forêt, il recherche les pousses de feuillus dans les forêts en régénération. L'été, il fréquente les lacs, où il se nourrit de végétation aquatique en se submergeant parfois complètement.

Écologie hivernale
À l'automne, après la chute des feuilles, l'orignal passe de son territoire d'été à son aire d'hivernage, recherchant les lieux où la couche de neige est moins épaisse pour pouvoir accéder plus facilement au couvert forestier dont ils se nourrissent. La litière qu'il se fait dans la neige légère aide à sa thermorégulation et la meilleure protection thermique vient de conifères denses qui protègent contre la dissipation thermique par les nuits froides et dégagées. La superficie de l'aire d'hivernage varie selon les zones géographiques et les habitats et peut aller de 5 à 30 km2. Elle est inversement proportionnelle à la biomasse ou à la qualité de la nourriture accessible; c'est-à-dire que meilleur est le fourrage, moins l'animal a besoin de territoire. Une aire d'hivernage plus petite réduit le risque de détection de l'odeur par les loups. Quand il fuit, l'orignal profite des obstacles naturels de la forêt, mais il lui arrive de faire face et de se battre. Les loups testent fréquemment la vigueur et la force des orignaux et s'ils jugent qu'il sera très difficile de tuer l'animal convoité, ils poursuivent souvent leur chemin pour trouver un individu qui est en moins bonne santé.

Dynamique des populations
L'orignal a les dispositions nécessaires pour que sa population croisse. Si les petits sont bien nourris, ils peuvent concevoir la première année et les naissances de jumeaux peuvent représenter de 30 à 40 % des mises bas. Pour que l'espèce se maintienne, il suffit que 25 veaux pour 100 femelles survivent jusqu'à un an. Les loups et les ours sont les principaux prédateurs et la chasse est un facteur important de mortalité. Il peut arriver, surtout chez les veaux, que des animaux meurent de faim quand ils sont en trop grand nombre et que la couche de neige est trop épaisse. En hiver, la tique du wapiti devient un problème qui peut rendre un animal plus vulnérable à la prédation. Les loups tuent surtout des veaux et des adultes de plus de 8 ans. L'allongement de la saison de végétation dans la forêt boréale et l'Arctique par suite du changement de climat permet aux populations d'orignal de croître et d'étendre leur territoire vers le nord.