Nicole Brossard

Nicole Brossard, écrivaine et éditrice (Montréal, 27 nov. 1943). Brossard est une figure de proue de ce que l'on a tendance à appeler la poésie formaliste au Québec. Elle est également une importante théoricienne et elle est très active dans la promotion du féminisme littéraire et culturel. En 1965, elle fonde LA BARRE DU JOUR, un magazine littéraire qui se rebelle contre la poésie d'inspiration nationaliste.

Dans ses recueils tels que Le Centre blanc (1970) et Suite logique (1970), sa poésie est abstraite et « antilyrique ». Cette poésie influencera les jeunes poètes de la revue Les Herbes rouges. Brossard écrit également des romans.

Sa carrière prend une dimension féministe avec Mécanique jongleuse suivi de Masculin grammaticale (1974) pour lequel elle remporte le prix du Gouverneur général (catégorie poésie). Elle fonde alors le journal féministe Les Têtes de pioche (1976-1979) ainsi que la revue La Nouvelle Barre du jour (1977). Elle prend part à de nombreuses conférences au Canada et à l'étranger sur les oeuvres littéraires des femmes ou sur la littérature québécoise.

Bien qu'elle soit membre actif de l'Union des écrivains québécois et qu'elle s'investisse dans la publication, elle a écrit de nombreux textes poétiques depuis 1980, dont Double impression (prix du Gouverneur général en 1984), Langues obscures (1992), Vertige de l'avant-scène (1997), Au présent des veines (1999) et a écrit quelques romans dans lesquels elle expérimente de nouvelles formes de fiction (French Kiss: étreinte exploration, 1980; Le désert mauve, 1987; Baroque d'aube, 1995). Incapable de séparer l'art de la vie, Nicole Brossard ne cesse de s'interroger sur l'acte poétique et la liberté artistique et d'explorer, à travers son oeuvre, le lien qui unit l'espace mental, le corps et la réalité.