Susan Marie Nattrass, tireuse au pigeon d'argile (Medicine Hat, Alberta, 5 novembre 1950). Nattrass est la figure dominante de cette discipline sportive. Six fois championne du monde, elle est la première femme à prendre part aux épreuves de tir au pigeon d'argile aux Jeux olympiques de Montréal, en 1976. Elle participe aux épreuves masculines lors des championnats mondiaux et elle se classe troisième au championnat mondial de 1986.

En 1990, elle est la première femme à participer à cette épreuve aux jeux du commonwealth et, pendant les années 1990, elle fait pression auprès du Comité international olympique pour que les femmes aient une discipline de tir distincte. Sa ténacité porte fruit puisque, aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, on inaugure l'épreuve féminine. Susan Marie obtient le neuvième rang à la fosse olympique et le quinzième au double trap. Son objectif porte alors sur les Jeux d'Athènes de 2004 et, bien qu'elle se blesse au pied juste avant de se qualifier, une demande de position selon le système des quotas lui est accordée en raison de ses performances antérieures. À l'âge de 53 ans, madame Nattrass, cinq fois championne olympique et membre de l'équipe nationale depuis 35 ans, réussit encore à améliorer sa performance de 2000 à Sydney en se plaçant sixième à Athènes.

Elle n'hésite pas à endosser la cause de l'égalité dans le sport et elle est l'une des athlètes canadiennes qui a connu le plus de succès parmi les femmes de sa génération. Elle est membre du Temple de la renommée des sports du Canada ainsi que de celui de l'Alberta. En 1981, elle obtient le trophée Lou-Marsh, qui couronne l'athlète canadien de l'année, et reçoit l'Ordre du Canada. Depuis 1996, elle habite dans l'État de Washington où elle effectue de la recherche sur l'ostéoporose au Pacific Medical Center de Seattle.