Muskeg

Le muskeg (« tourbière de graminées », en langue algonquienne) désigne un type de paysage, de milieu, de végétation et de dépôt. Le mot entre dans le vocabulaire dans les années 50 alors que le développement des ressources progresse vers le Nord. Tourbière et terrain organique sont des termes voisins qui désignent des formes de paysages nordiques caractérisés par un milieu humide et une végétation (p. ex., le muskeg d'épinettes noires) classés sous le nom botanique de tourbière (subdivisée en bog et en fen).

Il est difficile de définir le muskeg de manière précise au point de vue scientifique. Il peut couvrir d'importantes régions (les basses-terres de la baie d'Hudson) ou ne se trouver qu'en petites poches isolées. Le muskeg produit des dépôts de TOURBE d'épaisseur et de type variables en raison de la décomposition incomplète des matières végétales dans le milieu humide et acide. Les types de végétation et de régime hydrologique permettent de distinguer divers types de muskegs par TÉLÉDÉTECTION. La plupart des tourbières et des muskegs du Canada ont moins de 10 000 ans et se retrouvent dans des régions qui ont été recouvertes par la dernière GLACIATION. Le taux d'accumulation de la tourbe et la répartition du muskeg dépendent des conditions climatiques et sont déterminés par les CHANGEMENTS DE CLIMAT. Dans les régions nordiques, le muskeg et le PERGÉLISOL sont étroitement liés et peuvent causer de sérieux problèmes d'ingénierie. Aucune étude complète de tout le muskeg du Canada n'a été faite, mais diverses estimations démontrent que le muskeg du Canada dépasse en superficie celui de tous les autres pays du monde (plus de 1 295 000 km2).

Vu son importance pour la vie animale sauvage, les ressources en EAU et l'environnement nordique, on ne considère plus le muskeg comme une terre inculte. Lorsqu'ils sont exploités convenablement, les sols organiques des tourbières se prêtent très bien aux travaux agricoles et forestiers. Depuis longtemps, les vertus de la tourbe sont reconnues en horticulture et l'on manifeste un intérêt renouvelé à son égard comme source d'ÉNERGIE. La tourbe procure de la matière première utilisée dans l'INDUSTRIE CHIMIQUE ET DE PRODUITS CHIMIQUES (résines, cires, peintures, etc.). Elle peut aussi servir de filtre efficace pour les DÉCHETS DANGEREUX.

Voir aussi MARAIS, MARÉCAGE ET TOURBIÈRE; RÉGIONS DE VÉGÉTATION.