Maryvonne Kendergi

Maryvonne Kendergi. Professeure, musicographe, pianiste, commentatrice (Aïntab, Cilicie, auj. Gaziantep, Turquie, 15 août 1915, naturalisée canadienne 1960, Montréal, 27 sept. 2011). Licence d'enseignement (École normale de musique, Paris) 1940, licence de concert piano (ibid.) 1941. L.èsL. (Sorbonne) 1942, diplôme supérieur histoire de l'art (Institut d'art et d'archéologie, Paris) 1944. Obligée par la guerre de quitter la Turquie, sa famille d'origine arménienne se réfugia d'abord en Syrie puis en France. À l'École normale de musique de Paris, Kendergi travailla avec Alfred Cortot et Nadia Boulanger. Elle donna plusieurs concerts et se fit la promotrice de la musique française dans les milieux scolaires et universitaires. On lui confia en 1945 la direction des activités culturelles et musicales de la Cité universitaire de Paris. Elle occupa ce poste jusqu'en 1952, année de son arrivée au Canada, à Gravelbourg, Sask., où elle fut animatrice à la station radiophonique CFRG et professeure au collège. En 1956, elle se fixa à Montréal et devint commentatrice à la SRC où elle se spécialisa dans le secteur des émissions musicales et culturelles. Parmi elles, mentionnons « Présences » (1968), série de 13 entretiens télévisés avec des artistes tels Ernest Ansermet, Jane Bathori, Jean Lurçat et Boris de Schloezer, et « Carnet arts et lettres » (1968-77). Présente à la plupart des festivals européens de 1957 à 1963, elle en a rapporté plus de 200 entrevues avec les noms prestigieux de la musique actuelle, diffusées dans sa série « Festivals européens » à la SRC. Parmi ses nombreux titres et fonctions figurent ceux de membre fondatrice et organisatrice de la SMCQ en 1966, prés. de cette société (1973-82), prés. du Conseil canadien de la musique (1977-80), vice-prés. de la CCA (1977-80), prés. de l'ARMuQ (1980-83) et membre du Conseil des arts de la communauté urbaine de Montréal (1985 -). Membre du corps professoral de l'Université de Montréal à partir de 1966, elle fut nommée professeure émérite lorsqu'elle prit sa retraite en 1981. Elle y a instauré la musique canadienne comme matière académique et créé les « Musialogues » (1969) pour faire connaître les musiciens canadiens aussi bien que les musiciens étrangers de passage au Québec. Ces rencontres ont vu défilé les noms de Garant, Papineau-Couture, Prévost, Saint-Marcoux, Schafer, Somers, Tremblay, Menuhin, Messiaen, Stockhausen, Xenakis, etc.

Communicatrice infatigable et vulgarisatrice engagée de la musique du XXe ;siècle, en particulier celle des compositeurs canadiens, Kendergi fut nommée membre de l'Ordre du Canada (1980), chevalier de l'Ordre national du Québec (1985) et chevalier de l'Ordre des arts et des lettres de la République française (1985). Elle reçut la médaille du canadien de la musique (1981), le Prix Lynch-Staunton du CAC (1983) et le Prix de musique Calixa-Lavallée (1985). Reçue à l'Académie des Grands Montréalais en 1988, elle fut aussi élue à la Société royale du Canada en 1990.