Marie de l'Incarnation, née Marie Guyart, fondatrice de l'ordre des ursulines au Canada, mystique et écrivaine (né le 28 octobre 1599 à Tours, France; décédé le 30 avril 1672 à Québec).

Vie en France et vocation spirituelle

Fille d'un maître-boulanger, Marie Guyart manifeste pendant son enfance une vie spirituelle peu commune. Son mari, Claude Martin, meurt en 1619 après deux ans de mariage; il lui laisse un fils de six mois et un commerce en faillite. Encouragée à se remarier, elle vit en recluse pour s'adonner à la méditation et à la prière; le 24 mars 1620, elle vit une expérience de « conversion » mystique et affective. Elle décide de se retirer du monde, mais sa soeur et son beau-frère lui demandent de les aider à rétablir leur entreprise de transport qui périclite. Dirigée par Marie, l'entreprise est prospère, mais ses visions continuent de l'habiter.

Fondatrice de l’Ordre des Ursulines au Canada

En 1632, malgré le déchirement qu'elle éprouve en quittant son fils, Marie Guyart entre au cloître des ursulines à Tours. Elle prononce ses voeux en 1633 et enseigne la doctrine chrétienne pendant six ans. Sa lecture des Relations des Jésuites et ses visions la persuadent que Dieu l'appelle à aller au Canada. Avec deux ursulines et M. de la Peltrie, elle débarque à Québec le 1er août 1639 et y fonde un couvent dans la basse-ville. En 1642, le couvent est déménagé dans un édifice permanent en pierre situé dans la haute-ville. Elle se consacre avec zèle à l'éducation des filles françaises et autochtones en plus d'écrire de nombreux traités théologiques et spirituels, un catéchisme en iroquois et des dictionnaires algonquiens et iroquois (voir Langues des autochtones), et de suivre l'évolution des affaires publiques. Bien que cloîtrée, elle reçoit à son monastère de nombreux visiteurs de marque.

Canonisation

En 1980, Marie de l’Incarnation, François de Laval, et Jose de Anchieta (surnommé l’apôtre du Brésil) ont été officiellement béatifiés par le pape Jean Paul II. La béatification est la dernière étape avant la canonisation et l’accession à la sainteté. Le 3 avril 2014, ces trois personnalités ont été déclarées saintes par le pape François par une canonisation équipollente, c’est-à-dire, une canonisation par décret qui ne nécessite pas la reconnaissance de l’accomplissement d’un miracle. Leur canonisation a été célébrée le 12 octobre 2014 lors de la messe de l’Action de grâce à la basilique Saint-Pierre de Rome. Le Cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, était à la tête de la délégation québécoise venue assister à la cérémonie.