Macpherson, Jean Jay

Jean (Jay) Macpherson, poète et enseignante (Londres, 13 juin 1931; Toronto, 21 mars 2012). Jay Macpherson arrive à Terre-Neuve en 1940, fuyant la guerre en Europe, puis elle passe sa jeunesse à Ottawa. Elle étudie à l'UNIVERSITÉ CARLETON (B.A.), à MCGILL (B.Bibl.) et à l'UNIVERSITÉ DE TORONTO (M.A. 1955, PhD 1964), où elle a pour professeur Northrop FRYE. En 1957, elle commence à enseigner l'anglais au Collège Victoria de l'Université de Toronto en 1957, et elle continuera d'être un élément vital du département d'anglais même après son départ à la retraite en 1996. Connue pour sa gentillesse et son dévouement envers les étudiants, elle en a aidé beaucoup à trouver leur voie et à s'épanouir, dont Margaret ATWOOD, avec qui elle s'est ensuite liée d'amitié.

Jay Macpherson commence à publier de la POÉSIE dans la revue Contemporary Verse, en 1949. Son premier recueil, Nineteen Poems, est publié en 1952 par Seizin Press, l'imprimerie du poète anglais Robert Graves. Son œuvre, très symbolique, est une réflexion sur le monde à travers les mythes, les archétypes et les schémas classiques, approche souvent qualifiée de mythopoétique. En 1957, The Boatman (1957), suite de poèmes lyriques limpides où des symboles de déchéance et de rédemption servent de fil conducteur, lui vaut le PRIX LITTÉRAIRE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL, catégorie poésie, le Prix Levinson de la revue Poetry et la Médaille du Président de l'Université de Western Ontario. Défenseur et éditrice d'autres poètes canadiens, elle publie, entre 1954 et 1963, les œuvres de Dorothy LIVESAY, Alden NOWLAN, Al PURDY et d'autres encore dans une série de huit petits recueils édités chez Emblem Books. Welcoming Disaster (1974), deuxième volume de Jay Macpherson, est une étude complexe des rencontres humaines avec les enfers spirituels, la terreur, les ténèbres et la rédemption. Son recueil Poems Twice Told (1981), compilation de ses deux principaux volumes, est inclus dans The Western Canon: The Books and School of the Ages (1994) du critique Harold Bloom.

Les travaux universitaires de Jay Macpherson comprennent The Spirit of Solitude: Conventions and Continuities in Late Romance (1982), étude faisant autorité sur les schémas des romans de la fin du XVIIIe à la fin du XIXe siècle sur deux continents, et Four Ages of Man (1962), adaptation de la mythologie classique pour les écoles secondaires. Elle est coauteure avec Northrop Frye de Biblical and Classical Myths: The Mythological Framework of Western Culture (2004), qui repose sur un cours qu'ils ont donné ensemble.

Figure appréciée des cercles littéraires torontois, Jay Macpherson était discrète et pudique. Repensant à sa vie, Sandra Martin a ces propos : « Elle n'était pas célèbre mais reconnue. Elle ne vendait pas mais était respectée. Elle n'avait de pouvoir mais de l'influence et des amis fidèles. Et pour ceux qui les recherchent, ses poèmes offrent un plaisir toujours renouvelé. »