Maclure, Samuel

  Samuel Maclure, architecte, artiste (Sapperton [New Westminster], C.-B., 11 avril 1860 -- Victoria, 8 août 1929). Fils d'un ingénieur royal de l'armée britannique et premier enfant blanc né dans la ville de New Westminster, Maclure devient de 1890 à 1920 l'architecte local le plus en vue en Colombie-Britannique et crée le style West Coast qui donne à Victoria et à des quartiers de Vancouver leur air distinctif. Maclure étudie la peinture (1884-1885) au Spring Garden Institute de Philadelphie, en Pennsylvanie, et est un architecte autodidacte. En 1889, il ouvre une agence à New Westminster, d'abord en association avec Charles H. Clow, puis avec Richard P. Sharp. En 1892, Maclure déménage à Victoria. En 1905, il fonde une agence à Vancouver en association avec Cecil Croker Fox, qui a été formé à Londres, en Angleterre, avec C.F.A. Voysey. Le bureau de Vancouver ferme ses portes en 1916 à la mort de Fox sur le front français durant la PREMIÈRE GUERRE MONDIALE. En 1920, le bureau rouvre ses portes sous la direction d'un ancien apprenti de Maclure, Ross A. Lort, qui continuera de pratiquer sous la même raison sociale après le décès de Maclure.

Remarqué principalement pour ses maisons néo-Tudor aux plans ouverts et aux halls d'entrée à étage, Maclure utilise des matériaux et des techniques de construction de la région. Il lance une variante locale du Shingle style travaillé selon la méthode planche et latte traditionnelle, et, après 1912, il s'oriente de plus en plus vers le classicisme Edouardien. Sa construction avec dosses et maçonnerie en pierre des champs caractérise un grand nombre de ses réalisations. Sa surveillance méticuleuse de la construction et ses plans et dessins finement détaillés obligent les entrepreneurs à ajouter une surcharge à leurs devis. Cependant, sa clientèle apprécie son souci du détail. On le remarque pour son habileté à exploiter la topographie du site : les fenêtres, les porches et les vérandas sont orientés pour capter les spectaculaires vues sur la côte pacifique. Les maîtres d'ouvrage sont souvent impressionnés par les délicats dessins de présentation à l'aquarelle qui accompagnent les plans. De fait, durant toute sa vie, Maclure produit et vend des aquarelles impressionnistes qui représentent le paysage de l'île de Vancouver. Ses commandes pour l'élite sociale et politique de la province sont publiées dans des revues nationales et internationales de premier plan tels que Canadian Architect and Builder, Canadian Homes and Gardens, Country Life et Studio and Crafsman.

Les agences dont Maclure fait partie exécutent plus de 450 commandes, dont : la Government House (1900-1903, détruite en 1957) à Victoria, en collaboration avec Francis Mawson RATTENBURY; Hatley Park (1907), Colwood, un « château » et une propriété pour James DUNSMUIR, un industriel et homme politique; des résidences pour les directeurs de la BANQUE DE MONTRÉAL dans diverses villes de la Colombie-Britannique; de nombreuses maisons dans Shaughnessy Heights, une banlieue huppée de Vancouver, financées par le CANADIEN PACIFIQUE.

Maclure est aussi connu pour ses jardins et ses aménagements paysagers qui combinent habilement la flore indigène avec les textures et couleurs des plantes et l'esthétique naturaliste du mouvement Arts and Crafts d'Angleterre. Durant de nombreuses années, il est conseiller dans le développement du vaste jardin public de Mme Butchart, près de Victoria.

L'influence de Maclure sur l'architecture de la Colombie-Britannique est telle que, dans les années 40, les édifices gouvernementaux et les écoles arborent un étage à colombage de ses premières réalisations à Rockland, dans le secteur prestigieux de Victoria. Ce sont surtout ses premiers ouvrages, qui constituent une interprétation très personnelle du Shingle style et des façades à un étage à colombage, qui auront un effet déterminant sur toute une génération d'architectes de la Colombie-Britannique.