Lynn Coady est écrivaine, éditrice, scénariste et journaliste (née le 24 janvier 1970 à Port Hawkesbury, au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse). Romancière et nouvelliste acclamée, Lynn Coady observe de façon clairvoyante et souvent hilarante les absurdités et les affronts de la vie quotidienne dans les petites villes canadiennes. Son travail explore notamment les conflits de classes et les rapports précaires entre les perspectives et les allégeances régionales et mondiales. Dans ses œuvres, qui se déroulent souvent dans les Maritimes, Lynn Coady critique l’usage gratuit des stéréotypes régionaux et évalue la transformation culturelle contemporaine de la région. De plus, ses écrits célèbrent la particularité et l’appartenance régionales.

Premières années et éducation

Lynn Coady est adoptée par une grande famille dans la petite ville industrielle de Port Hawkesbury, au Cap-Breton. À ses 18 ans, elle donne un enfant en adoption et quitte le Cap-Breton pour étudier à l’Université Carleton, où elle termine son baccalauréat. Elle obtient une maîtrise en création littéraire à l’Université de la Colombie-Britannique, où elle écrit son premier roman, Strange Heaven, dans le cadre d’une bourse d’études. Elle vit dans plusieurs villes au Canada, dont Fredericton, Vancouver, Edmonton et Toronto.

Grâce à son premier roman, Strange Heaven (1998), Lynn Coady se taille une place dans le domaine de la fiction au Canada et figure sur la liste préliminaire des Prix littéraires du Gouverneur général. Elle remporte ensuite le prix Air Canada de la Canadian Authors Association, remis à l’écrivain le plus prometteur de moins de 30 ans, et le Dartmouth Book Award for Fiction. Strange Heaven, une histoire sur la jeunesse parsemée d’éléments autobiographiques, emprunte déjà le ton narratif très reconnaissable de Lynn Coady : abrupt, désabusé, perspicace, irrévérencieux et drôle. Tournant résolument le dos au caractère traditionnellement calme et élégiaque de la fiction des Maritimes, Strange Heaven est un compte rendu sans complaisance des grossesses précoces, de la maladie mentale, du chaos domestique et de la délinquance sans but dans les petites villes.

Œuvres mûres

Lynn Coady publie ensuite un recueil de nouvelles inspirées des mêmes thèmes, Play the Monster Blind, en 2000. Ce recueil se mérite la Médaille du jubilé pour les nouvelles de la Canadian Authors Association en 2001, est en nomination pour le prix Stephen-Leacock dans la catégorie « humour » et pour le prix Rogers Writers’ Trust Fiction (2000). Lynn Coady raconte la vie de jeunes hommes se libérant des restrictions familiales et culturelles de leurs petites communautés des Maritimes dans Saints of Big Harbour,en 2002, et Mean Boy, en 2006. Ce dernier, qui constitue une satire attendrie, mais sans équivoque, de la vie dans les petites universités et de celle des futurs jeunes écrivains, remporte le prix Georges-Bugnet pour la fiction de la Writers Guild of Alberta (2007).

The Antagonist (2011) est très bien accueilli et choisi pour le prix Giller de la Banque Scotia. Encore ici, le roman présente la psyché des jeunes hommes, cette fois traitant directement des attentes sociales et des défis du « grand homme », qui figure si souvent dans ses écrits. Dans le recueil d’histoires Hellgoing (2013), aussi choisi pour un prix Giller, la prose optimiste et saisissante de Lynn Coady suit une série de personnages alors qu’ils traversent une marée de malaises et de dissociations à la recherche d’une certaine satisfaction que leur quête leur empêche d’atteindre.

Autres activités

En plus de ses accomplissements en tant que romancière, Lynn Coady écrit des pièces de théâtre qui sont mises en scène dans tout le pays. Elle édite les anthologies Victory Meat: New Fiction from Atlantic Canada (2002) et The Anansi Reader: 40 Years of Very Good Books (2007), et coédite The Journey Prize Stories 20: The Best of Canada’s New Writers (2008), avec Heather O’Neill et Neil Smith. Ses histoires, ses essais et ses articles paraissent dans des magazines et des journaux internationaux, dont le Globe and Mail, pour lequel elle rédige la chronique « Group Therapy ». Elle est aussi l’une des rédactrices en chef du magazine Eighteen Bridges, qui a remporté des prix. En 2005, elle reçoit le prix Victor-Martyn-Lynch-Staunton du Conseil des arts du Canada, qui est décerné à des artistes à mi-carrière dont les réalisations sont exceptionnelles.