Loiselle, Hubert

Hubert Loiselle, comédien (Montréal, Qc, 17 février 1932 - 16 novembre 2004) Présent sur les scènes et les écrans du Québec pendant plus de quarante ans, ce sympathique comédien a marqué plusieurs rôles, de soutien notamment, par sa bonhomie, son charme et sa sensibilité. Passionné de théâtre, Hubert Loiselle se singularise par ses qualités humaines, qui lui ont permis d'exceller dans les registres graves et comiques, tant dans les œuvres de création que dans le répertoire international.

Hubert Loiselle est l'un des nombreux artistes québécois à avoir été formés chez Mme Jean-Louis Audet (Yvonne Duckett). Adolescent, il monte sur scène avec les Compagnons de saint Laurent, puis fait un premier voyage de découvertes théâtrales en France, qui sera suivi de plusieurs autres. Il trouve de touchants personnages dans les œuvres du dramaturge Marcel DUBÉ. Il crée De l'autre côté du mur en 1952, qui constitue ses véritables débuts professionnels, et, l'année suivante, Zone. Jeune premier, il incarne le fiancé de l'héroïne dans Florence, à la Comédie Canadienne en 1960, joue dans Pour cinq sous d'amour au Théâtre de la Marjolaine en 1961, puis dans Bilan au THÉÂTRE DU NOUVEAU MONDE en 1968, après avoir créé cette pièce à la télévision en 1960, sous la direction du réalisateur Paul Blouin. Avec ce dernier, il tourne aussi le téléthéâtre L'Échange du vendredi de Dubé, aux côtés de Jean DUCEPPE et Denise FILIATRAULT.

Cofondateur du Théâtre de la Marjolaine et du Centre-Théâtre au début des années 1960, Hubert Loiselle se produit dans la plupart des théâtres montréalais. On l'a vu au Théâtre-Club dans La Nuit des rois de Shakespeare en 1956. Il participe à la création des Insolites de Jacques Languirand à la Compagnie de Montréal lors du Festival dramatique canadien (Dominion Drama Festival) en 1960, joue au Théâtre du Rideau Vert dans Un dimanche à New York de Norman Krasna en 1963, apparaît à l'Égrégore dans Les Maxibules de Marcel Aymé en 1964, puis au Théâtre de la Poudrière dans La Crécelle de Charles Dyer en 1968. À deux reprises, il est de la distribution de la tragédie Hamlet de Shakespeare, d'abord au TNM en 1970 sous la direction de Jean-Louis Roux, où il interprète le personnage de Rosencrantz, puis au Théâtre de Quat'Sous en 1982 dans une mise en scène d'Alexandre Hausvater, où il incarne Polonius, le conseiller du roi.

Tout en poursuivant sa carrière au théâtre, Hubert Loiselle joue dans plusieurs téléthéâtres à la télévision de Radio-Canada, dont L'Éternel mari de Dostoïevski, réalisé par Jean Faucher en 1987, où il donne la réplique à Jean-Louis Millette. Cette même année, il reprend sur la scène de la Compagnie Jean-Duceppe le rôle de George dans Des souris et des hommes de John Steinbeck, qui l'avait révélé à un large public lors de son interprétation mémorable à la télévision en 1971, au côté de Jacques Godin. Cette dramatique signée Paul Blouin a marqué les annales télévisuelles. De Ti-Jean Caribou à Bouscotte, Hubert Loiselle a maintenu sa présence au petit écran, puis a tourné au cinéma avec Claude JUTRA (La Dame en couleur, 1984), Claude Fournier (Bonheur d'occasion, 1983), Francis Mankiewicz (Les Portes tournantes, 1988), Charles Binamé (Le Cœur au poing, 1998) et Robin Aubert (Saint-Martyr-des-Damnés, 2005).