Leonard (Norman) Cohen. Auteur-compositeur-interprète, poète, romancier (Montréal, 21 septembre 1934). B.A. anglais (McGill) 1955, LL.D. honorifique (Dalhousie) 1971, D. honorifique littérature (McGill) 1992.

Vie
Cohen est l'un des artistes canadiens les plus largement reconnus de la fin du XXe siècle et un écrivain apprécié. Il s'est bâti une carrière dans la musique pop grâce à des compétences musicales des plus rudimentaires : une voix bourrue à registre restreint qui s'intensifie et s'assombrit avec l'âge et des mélodies simples et lancinantes. Il se démarque surtout par l'imagerie intense de ses paroles qui approfondissent constamment la condition humaine et puisent dans les thèmes de l'amour, de la perte et de la mort, et par son engagement envers son art.

À 15 ans, sous l'influence de la musique country et western, il commence à jouer de la guitare. Pendant ses études à l'Université McGill, il fait partie d'un groupe country, The Buckskin Boys. Il donne les premières lectures de ses poèmes dans une boîte de nuit de Montréal, sur un accompagnement de jazz. Dans les années qui suivent, il écrit des poèmes, réunis dans Let Us Compare Mythologies (1956), The Spice-box of Earth (1961; trad. Poèmes et chansons, II), Flowers for Hitler (1964) et Parasites from Heaven (1966) ainsi que les romans The Favourite Game (1963; trad. Le jeu de l'ange) et Beautiful Losers (1966; trad. Beautiful losers).

Cohen s'installe brièvement en Angleterre en 1959, puis déménage sur l'île grecque d'Hydra. Bien qu'il revienne à l'occasion en Amérique du Nord, la Grèce demeure sa principale résidence pendant les sept années suivantes.

En mars 1966, lors d'une série poétique au YMCA de New York, il chante deux de ses poèmes, « Suzanne » et « Stranger ». Ses lectures de poèmes se transforment bientôt en concerts, et ses chansons, reprises par d'autres interprètes, deviennent rapidement très populaires. À New York, Judy Collins chante et enregistre plusieurs de ses chansons et présente Cohen à certains de ses auditoires. En 1967, Cohen se fait entendre au Festival de folklore Mariposa et à celui de Newport ainsi qu'à l'Expo 67. Cette même année, Norma Beecroft s'inspire de poèmes de Cohen pour ses œuvres Elegy et Two Went to Sleep.

En 1970, après trois ans de relative inactivité, Cohen se produit en Europe, au Royal Albert Hall de Londres, à l'Olympia de Paris et au festival rock de l'île de Wight. Puis, pendant vingt ans, il se produit souvent dans le cadre de tournées de concerts, particulièrement en Europe, où il continue à être plus connu qu'en Amérique du Nord. De grosses tournées en Amérique du Nord sont mises sur pied en 1985 et en 1988.

En 1993, Cohen se retire pour vivre au Zen Center au Mount Baldy, près de Los Angeles. Ordonné moine zen en 1996, il y vit sous le nom de Jikan de façon intermittente jusqu'au début de 1999.

Enregistrements

Le premier enregistrement de Cohen, Songs of Leonard Cohen, sort en 1968. Bien que rudimentaire sur le plan musical pour l'époque, l'album a une immense influence et comporte plusieurs de ses chansons les plus durables, notamment « Suzanne » et « Hey, That's No Way To Say Goodbye ». Songs From A Room suit en 1969. En 1971, il lance Songs of Love And Hate, qui présente une autre avalanche de chansons marquantes telles que « Famous Blue Raincoat » et « Joan of Arc ». Après plusieurs autres enregistrements, Death of A Ladies' Man (1977) signale une nouvelle orientation audacieuse avec une production solidement orchestrée par le producteur légendaire Phil Spector. Après la sortie en 1979 de Recent Songs, il fait une pause de plusieurs années et, en 1985, dans Various Positions, il revient à ses racines de musique country et puise ses thèmes dans la spiritualité.

I'm Your Man, lancé en 1988, est un autre départ significatif pour Cohen. Il présente une toile de fond électronique haut de gamme et des chansons tristes comme « Everybody Knows » qui renvoient à des événements d'actualité tels que la montée du SIDA. The Future (1992) continue l'examen des thèmes de la perte et de la dégradation sociale et attire l'attention générale en raison des trois chansons du film controversé Natural Born Killers du réalisateur Oliver Stone. Neuf années s'écoulent avant la sortie de Field Commander Cohen : Tour of 1979, un album enregistré en concert, et de Ten New Songs.

Les chansons de Cohen sont rassemblées sur plusieurs compilations, dont The Best of Leonard Cohen (1975) et The Essential Leonard Cohen (2002).

En 1986, la parution d'un album de Jennifer Warnes (qui a chanté avec lui), intitulé Famous Blue Raincoat (Cypress-Attic LAT-1227) et contenant certaines de ses chansons, relance un certain engouement pour Cohen dans le courant pop. Les versions de Warnes de deux nouvelles chansons, « First We Take Manhattan » et « Ain't No Cure for Love », connaissent un certain succès. Au début des années 1970, Graeme Allwright arrange en français plusieurs chansons de Cohen et les interprète sur son album Graeme Allwright chante Leonard Cohen (Philips 6325-600). « Bird on The Wire », toujours de Cohen, connaît un grand succès en 1990 avec les Neville Brothers; la chanson figure également sur des albums de Warnes, Joe Cocker et Fairport Convention. Plusieurs interprètes, dont REM, John Cale, Nick Cave et The Pixies, se réunissent en 1991, à l'occasion d'un album qui rend hommage à Cohen et se compose exclusivement de ses chansons (I'm Your Fan, EastWest CD-75598). En 2004, quelque 840 interprétations instrumentales des chansons de Cohen sont en circulation.

Œuvres littéraires et cinématographiques

Parmi ses œuvres littéraires, nommons Selected Poems 1956-1968 (trad. Poèmes et chansons), The Energy of slaves (1972; trad. L'énergie des esclaves), Death of a Lady's Man (1978; trad. Mort d'un séducteur), Book Mercy (1984; trad. Le livre de miséricorde) et Stranger Music (1995; Étranges musiques étrangères). Le ballet de Brian Macdonald The Shining People of Leonard Cohen utilise des vers du poète au sein d'une partition électroacoustique de Harry Freedman. L'opérette Sisters of Mercy, d'après des écrits de Cohen sur les femmes réunis par Gene Lesser (poèmes, chansons, fiction, lettres et fragments de manuscrits inédits), est présentée au Festival Shaw en 1973. Six chansons de Cohen sont mises en scène dans une production vidéo de trente minutes, I Am a Hotel (1984).

Les chansons de Cohen sont mises en évidence sur la piste sonore du long métrage de Robert Altman McCabe and Mrs. Miller (1971) et sont utilisées dans plus de 50 autres films. Le compositeur collabore avec Lewis Furey pour les chansons du long métrage Angel Eyes (1985).

Cohen fait l'objet de plusieurs documentaires, y compris Ladies And Gentlemen, Mr. Leonard Cohen (1965), Bird On A Wire (1974) et The Song of Leonard Cohen, produit en 1980 par Harry Rasky et diffusé à la télévision anglophone de la SRC.

Distinctions

En 1969, Cohen reçoit le Prix littéraire du Gouverneur général pour la poésie anglaise, qu'il refuse. Il reçoit le trophée William Harold Moon de la SDE Canada en 1984 et est admis au Juno Hall of Fame en 1991. La même année, il est nommé officier de l'Ordre du Canada et, en 2003, il est élevé au rang de compagnon. En 1993, il reçoit le prix du Gouverneur général pour les arts de la scène. Leonard Cohen est intronisé au Panthéon des Auteurs et Compositeurs Canadiens en 2006, au US Rock and Roll Hall of Fame en 2008 et au US Songwriters Hall of Fame en 2010. En 2011, L. Cohen a reçu le prix Glenn Gould pour l'ensemble de son oeuvre artistique.

Discographie

Six Montreal Poets : (1957); Folk FL-9805.

Songs of Leonard Cohen : 1967; Col CS-9533.

Songs From a Room : 1968; Col CS-9767.

Songs of Love and Hate : 1971; Col C-03103.

Live Songs : 1970-72; 2-Col CK-31724.

New Skin for the Old Ceremony : 1974; Col KC-33167.

The Best of Leonard Cohen : (1975); Col ES-90334.

Death of a Ladies' Man : (1977); Col PES-90436.

Recent Songs : (1979); Col JC-36264.

Various Positions : (1984); Col PC-90728.

I'm Your Man : (1988); Col FC-44191.

Bibliographie

Jon RUDDY, « Is anyone in the world ready for Leonard Cohen? », Maclean's (1er oct. 1966).

S. BROWN, « King of the now people », Saturday Night (févr. 1968).

Paul GRESCOE, « Poet writer singer lover », The Canadian (10 févr. 1968).

Michael ONDAATJE, Leonard Cohen (Toronto 1970).

Patricia A. MORLEY, The Immoral Moralists : Hugh MacLennan and Leonard Cohen (Toronto 1972).

Paul SALZMAN, « Famous last words from Leonard Cohen », Maclean's (juin 1972).

Ruth MACDONALD, « Leonard Cohen, a bibliography, 1956-73 », Bulletin of Bibliography, XXXI (juill.-sept. 1974).

Michael GNAROWSKI, dir., Leonard Cohen : the Artist and His Critics (Toronto 1976).

Juan RODRIGUEZ, « A sitting with Leonard Cohen : Ladies' Man is home, not dead », The Gazette (Montréal, 7 janv. 1978).

Ken WAXMAN, « Rebirth of a ladies' man », Saturday Night (mars 1978).

Tom CHAFFIN, « Conversations from a room », Canadian Forum , LVII (août-sept. 1983).

Liam LACEY, « I have to think about every word I write », Globe and Mail (Toronto, 27 avril 1985).

Nancy SOUTHAM, « A flash of genius », Toronto Star (20 août 1988).

L.S. DORMAN et C.L. RAWLINS, Prophet of the Heart (Londres 1990).

Douglas FETHERLING, « Leonard Cohen : the sound of mercy », Some Day Soon : Essays on Canadian Songwriters (Kingston, Ont. 1991).

Linda HUTCHEON, Leonard Cohen and His Works (Toronto 1992).

KEN Norris, « From this broken hill': Leonard Cohen's Stranger Music », American Review of Canadian Studies, vol. 24:3, 1994.

Winfried SIEMERLING, Discoveries of the Other: Alterity in the Work of Leonard Cohen, Hubert Aquin, Michael Ondaatje, and Nicole Brossard (Toronto 1994).

Ira B. NADEL, Leonard Cohen: A Life in Art (London 1995).

--, Various Positions: A Life of Leonard Cohen (Toronto 1996).

Stephen SCOBIE, dir., Intricate Preparations: Writing Leonard Cohen (Toronto 2000).

Paul NONNEKES, Three Moments of Love in Leonard Cohen and Bruce Cockburn (Montréal 2001).

« Devastated' : Canadian music icon Leonard Cohen is broke and the lawsuits are flying », Maclean's (22 août 2005).