L'Après-Noël (Boxing Day)

Le 26 décembre, le lendemain de Noël, marque la fête de Saint-Étienne, le premier martyr chrétien. Dans certaines régions du Commonwealth, y compris au Canada, cette journée est plus connue sous le nom de Boxing Day, une fête laïque.

Quelle est l'origine de l'Après-Noël?

Étienne avait été choisi par les apôtres pour être l'un des sept diacres chargés de distribuer les aumônes aux membres les plus démunis de l'église, telle serait l'origine de la fête ecclésiastique. Juif converti au christianisme, connu pour être un puissant orateur, Étienne prêchait généralement aux juifs grecs. Le fait qu'il fut choisi pour être diacre souligna sa bonne réputation et sa solide foi chrétienne. Il devint la cible de ceux qui refusaient d'être convertis et fut, en fin de compte, accusé de blasphème. Arrêté, puis ostracisé, il finit par être lapidé à mort.

La distribution des aumônes est depuis longtemps associée au lendemain de Noël, depuis au moins le début du dixième siècle et le duc de Bohême, Wenceslas I (vers 903-935), ce même « bon roi Wenceslas » qui est le principal personnage du chant de Noël qui porte son nom. Il était le fils du duc Wratislaw, homme de foi chrétienne, et de Dragomir, païenne. À la mort de Wratislaw, Dragomir devint régente pour s'opposer à la christianisation de ses sujets. Wenceslas, porté par son peuple, assuma les fonctions régent, rompit officiellement avec la tradition païenne et se fit le défenseur de la foi chrétienne. (Il plaça son duché sous la protection de l'Allemagne et se vit attribuer le titre royal d'empereur Otto I.) Wenceslas devint célèbre parce que c'était un homme vertueux, qualités perpétuées dans le chant de Noël bien connu. Selon ce chant, alors qu'il parcourait ses terres, en cette fête d'Étienne, il vit un homme pauvre qui rassemblait des brindilles de bois (« Quand il aperçut un pauvre homme/rassemblant du bois pour l'hiver »). Il ordonna à l'un de ses serviteurs de préparer un sac de victuailles et d'aller le porter au pauvre homme. On ne sait pas si cette histoire est vraie ou non, mais elle illustre bien les croyances et les actions du duc. Wenceslas fut assassiné par son frère pour des raisons politiques et religieuses et au lendemain de sa mort, il fut élevé au rang de martyr. Il fut canonisé plusieurs siècles plus tard.

On ne connait pas vraiment l'étymologie de l'expression Boxing Day, mais il est possible qu'elle rappelle l'ouverture traditionnelle des boîtes destinées aux pauvres, qui avaient été remplies au cours de l'avent et qui était une tradition de l'Église anglicane. Il est par ailleurs possible que l'expression tire son origine de la coutume qu'avaient les membres de l'aristocratie de remettre des cadeaux aux serviteurs, aux employés et aux artisans le lendemain de Noël.

Les coutumes du lendemain de Noël

Dans tout le Commonwealth, le lendemain de Noël donne lieu à diverses traditions. En Angleterre, au pays de Galles, en Irlande et au Canada, c'est un jour férié depuis 1871. (Selon le Code du travail canadien, il s'agit d'un jour férié public.) En 2005, en Angleterre, les traditionnelles chasses au renard de l'Après-Noël, organisées depuis des centaines d'années, furent menacées quand le Parlement interdit le recours aux chiens pour tuer des proies. Le rôle des chiens se limite désormais à chasser les proies, mais cela n'empêche pas des milliers de personnes de continuer à prendre part à la chasse au renard le lendemain de Noël.

En Irlande, le 26 décembre est le jour de la Saint-Étienne. C'est aussi le jour où l'on chasse traditionnellement le troglodyte. Les oiseaux sont omniprésents dans la mythologie irlandaise. On raconte que le TROGLODYTE qui a la réputation d'être un traitre, chanta si fort qu'il trahit les soldats irlandais qui s'approchaient sans faire de bruit des guerriers scandinaves pour les surprendre. On raconte aussi que le troglodyte aurait trahi Saint-Étienne. En des temps très reculés, il était chassé par les wren boys, tué et son cadavre, empalé sur un piquet, était en tête des processions. Aujourd'hui, cette journée est l'occasion de se déguiser, de porter des masques et de défiler dans la ville, avec des musiciens.

Le 26 décembre est aussi une journée consacrée au MUMMING, tradition qui se déroule dans le monde entier au cours des douze jours de Noël. Au Canada, le mumming ou mummering est une tradition que l'on retrouve principalement à Terre-Neuve. Les coutumes liées au mumming auraient été importées d'Irlande ou du Royaume-Uni vers 1583. La coutume se perdit au Canada après la Première Guerre mondiale, mais fut l'objet d'un regain de popularité après que des chercheurs universitaires la redécouvrirent au début des années 1970. Les mummers participent généralement à un défilé et vont de maison en maison pour jouer une pièce de théâtre qui traite principalement d'un personnage, comme Saint-Georges, et qui fait intervenir des combats, la résurrection d'un champion tué et la collecte d'argent par les comédiens. Dans les traditions plus conviviales, les comédiens frappent aux portes des maisons pour essayer d'y entrer, renversent les codes de conduite habituels et l'hôte doit essayer de deviner qui se cache derrière tous ces déguisements et masques tout en offrant des rafraichissements.

L'Après-Noël moderne n'a presque plus rien en commun avec ces traditions de remise des aumônes; il est aujourd'hui synonyme d'emplettes à rabais, de restes du repas de la veille et de farniente.