Lalonde, Michèle

Michèle Lalonde, poète, dramaturge et essayiste (Montréal, Qc, 28 juill. 1937). Licenciée en philosophie de l'Université de Montréal, Michèle Lalonde est surtout connue pour sa poésie engagée et ses positions politiques sur le Québec et la question de la langue. Son oeuvre compte deux pièces de théâtre, Ankrania ou Celui qui crie (1957) et Dernier recours de Baptiste à Catherine (1977), ainsi que plusieurs recueils de poésie: Songe de la fiancée détruite (1958), Geôles (1959), Terre des hommes (1967), Portée disparue (1979), Métaphore pour un nouveau monde (1980). Mais c'est le poème-affiche Speak white, récité en 1970 dans le cadre de spectacles de chansons et de poèmes donnés au profit des prisonniers politiques québécois, et publié en 1974, qui est son texte le plus célèbre. Écrit dans un style incantatoire, le poème fait état de la condition culturelle, sociale et économique inférieure des Canadiens français, tout en appelant à une solidarité des peuples opprimés contre toute forme de colonialisme et d'impérialisme. À titre d'essayiste, Michèle Lalonde a fait paraître, en 1979, Défense et illustration de la langue québécoise, et, en 1981 avec Denis Monière, Cause commune. Manifeste pour une internationale des petites cultures. Elle a reçu en 1979 le prix Duvernay, de la Société Saint-Jean-Baptiste, pour l'ensemble de son oeuvre. En 1984, elle devient présidente de la Fédération internationale des écrivains de langue française.