Le Komagata Maru, un navire cargo japonais affrété par 376 Punjabis, en majorité des sikhs (voir Sikhisme), part de Hong Kong en avril 1914 à destination du Canada. À cette période-là, un décret interdit aux ressortissants des Asiatiques du Sud d'entrer au Canada s'ils n'y viennent pas directement sans escale, alors qu'en fait aucune compagnie maritime ne fait la liaison directe. Avant que le gouvernement canadien, soumis à de fortes pressions, ne ferme les portes en 1908, quelque 2000 sikhs s'installent en Colombie-Britannique. En 1913, 38 sikhs contestent le décret du passage sans escale et sont admis. Cela en incite d'autres à affréter le Komagata Maru.

En mai 1914, à son arrivée à Vancouver, la majorité des passagers sont détenus à son bord pendant deux mois tandis que les officiers de l'immigration s'organisent pour les maintenir en dehors du tribunal et que, après avoir perdu leur cause, leurs chefs négocient les conditions de leur départ. L'arrivée du croiseur Rainbow de la Marine royale du Canada le 20 juillet renforce la pression du gouvernement canadien et, le 23 juillet, le Komagata Maru reprend la mer pour Calcutta, où l'attend la police, suspicieuse des intentions politiques des organisateurs. Lors du débarquement, 20 passagers sont tués au cours d'un échange de coups de feu. Cette affaire renforce le sentiment nationaliste indien sans pour autant assouplir vraiment les lois canadiennes de l'immigration.