Joy Nozomi Kogawa

Joy Nozomi Kogawa, née Nakayama, poète, romancière (Vancouver, 6 juin 1935). Joy Kogawa passe son enfance à VANCOUVER. Avec ses parents, elle fait partie, à l'âge de six ans, des milliers de CANADIENS D'ORIGINE JAPONAISE qui, pendant la DEUXIÈME GUERRE MONDIALE, sont déplacés de la côte et internés. Ils sont d'abord envoyés à SLOCAN, vers l'intérieur des terres de la Colombie-Britannique, puis à COALDALE en Alberta. Kogawa étudie en éducation à l'UNIVERSITÉ DE L'ALBERTA et la musique à l'UNIVERSITÉ DE TORONTO. Kogawa devient célèbre pour ses romans touchants sur l'internement des Canadiens d'origine japonaise et pour son travail au sein du Redress Movement afin d'obtenir dédommagement et réparation pour sa communauté.

Kogawa est surtout connue pour son roman primé OBASAN (1981), qui figure sur la liste des 100 plus importants livres canadiens de la Literary Review of Canada. Obasan est l'histoire passionnée et déchirante des pertes et des souffrances des Canadiens d'origine japonaise au cours de la Deuxième Guerre mondiale. L'histoire est racontée par une femme d'un certain âge, Naomi Nakane, qui se rappelle ses expériences de jeunesse. Kogawa publie également un livre photographique sur ces évènements, Naomi's Road (1986), et un roman pour adolescents en japonais intitulé Naomi No Michi. Un opéra pour enfants basé sur Naomi's Road est présenté en première au VANCOUVER OPERA en 2005. Kogawa poursuit l'histoire de Naomi dans son roman de 1992, Itsuka (révisé et publié sous le nom Emily Kato en 2005). En 1995, Kogawa aborde un malaise social différent dans The Rain Ascends, un roman dans lequel la narratrice d'un certain âge doit parvenir à accepter que son père, un pasteur anglican, est pédophile.

Kogawa est également une poétesse accomplie. Ses premiers recueils de poésie font preuve d'une grande maîtrise de l'écriture en vers, notamment The Splintered Moon (1967) et Jericho Road (1977) et laissent transparaître son intérêt pour ses origines japonaises. Son travail se démarque par le calme avec lequel elle aborde les thèmes de l'identité, de la dignité naturelle et par la puissance de son style littéraire raffiné. Parmi les plus récentes publications de poèmes de Kogawa, on retrouve A Song of Lilith (2000) et A Garden of Anchors: Selected Poems (2003).

Kogawa est membre de l'ORDRE DU CANADA et de l'ORDRE DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE. Elle reçoit des doctorats honorifiques de plusieurs universités canadiennes et se voit décerner un National Award de la National Association of Japanese Canadians en 2001. En 2008, elle reçoit en Colombie-Britannique le George Woodcock Lifetime Achievement Award en reconnaissance de sa carrière littéraire remarquable. En 2006, la Land Conservancy of British Columbia achète sa maison familiale de Vancouver, la sauvant ainsi d'une démolition certaine, un geste qui témoigne du rôle majeur de l'ensemble de l'œuvre de Kogawa dans la sauvegarde de l'histoire et de la culture de la Colombie-Britannique.