Élevage du bison

Bien que le bison ait parcouru les plaines de l'Amérique du Nord pendant des siècles, l'élevage et l'exploitation de ranchs de bison sur une base commerciale ont seulement débuté au milieu des années 1980. L'Amérique du Nord compte deux types de bisons : le bison des bois (Bison bison athabascae) et le bison des plaines (Bison bison bison); les deux sont des espèces indigènes d'Amérique du Nord. Le territoire historique du bison des plaines s'étendait de Chihuahua au Mexique au sud, jusqu'aux prairies centrales canadiennes au nord. Le territoire historique du bison des bois s'étendait des prairies centrales canadiennes au sud, jusqu'à l'Alaska au nord.

Au début des années 1800, on rapporte que plus de 50 millions de bisons parcourent les plaines d'Amérique du Nord. À la fin des années 1800s, en raison de la chasse pour la viande, les peaux et les trophées, et de la conversion de l'herbe naturelle en terres arables, il reste moins de 1000 bisons des plaines. Grâce à la vision des éleveurs, des défenseurs de l'environnement et des gouvernements, la reconstitution des troupeaux de bisons commence au Canada et aux États-Unis. Bien que l'élevage du bison débute au début des années 1900, c'est seulement dans les années 1970 que la production se développe (d'abord de façon artisanale) dans l'Ouest canadien. On estime aujourd'hui qu'il y a environ 450 000 bisons dans les troupeaux commerciaux privés et publics - une histoire de conservation réussie. La majorité des bisons sont des bisons des plaines.

Nombres de bison

Les producteurs de bison se concentrent dans les provinces de l'Ouest, en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. À elle seule, l'Alberta compte près de 50% du troupeau et 46% des fermes. La Saskatchewan possède le second pus large troupeau (environ 29%), suivie du Manitoba (10%) et de la Colombie-Britannique (6,5%). Moins de 5% des fermes se retrouvent en Ontario et dans l'est du pays.

En 1996, lors du premier recensement de l'industrie du bison, il y avait 45 235 bisons sur 745 fermes. En 2001, on estimait ces chiffres en croissance à 144 950 bisons sur 1887 fermes. Enfin, lors du recensement de 2006, on a répertorié 195 728 bisons sur 1898 fermes.

Élevage du bison

Le bison est naturellement adapté au climat canadien. Sa composition génétique lui permet de bien résister aux tempêtes hivernales et à la chaleur de l'été. En tant qu'animal indigène, le bison s'est adapté au cours des siècles à la sécheresse et aux feux de prairie limitant la disponibilité de nourriture, en développant un système digestif plus lent que celui des bovins. Cela lui permet de brouter à peu près tout ce que le climat canadien peut lui procurer.

Les bisonnes mettent normalement bas une fois l'an, le plus souvent entre avril et juin. La plupart des bisonneaux naissent en mai. Pendant les périodes de stress telles la sécheresse, les bisonnes sautent une année. Elles se reproduisent normalement à l'âge de deux ans et donnent naissance à leur premier bisonneau à trois ans. Les bisons ont une période de gestation d'environ 280 jours. Il faut entre 20 et 30 mois à partir de la naissance pour élever un bison pour sa viande. Les bisonnes ont une espérance de vie de plus de 20 ans.

Le bison peut plus efficacement que les bovins convertir en énergie des plantes fourragères faibles en protéines, et il s'adapte très bien à la plupart des pâtures. Cependant, tout comme pour les bovins, l'alimentation de finition du bison peut être complétée par du grain, afin de lui faire prendre du poids plus rapidement que s'il se nourrit exclusivement de fourrage. L'ajout de céréales à son alimentation présente aussi d'autres avantages : cela peut assurer un taux de conception plus élevé chez les bisonnes et aussi augmenter le gras. Le bison est un ruminant, ce qui signifie qu'il a quatre estomacs et peut digérer de la nourriture riche en fibres, telle l'herbe et le foin. Du printemps à l'automne, le bison broute généralement l'herbe dans le pâturage. Pendant l'hiver, il peut paître l'herbe sous la neige. Pendant l'hiver et parfois tout au cours de l'année, les éleveurs ajoutent à l'herbe du foin, du grain et un supplément de vitamines et minéraux. Le bison consomme généralement moins de nourriture pendant les mois d'hiver qu'au cours de l'été.

La production de bison peut se diviser entre l'exploitation de bisonnes et bisonneaux et l'entreprise de finition, même si plusieurs producteurs font l'élevage du bison depuis la naissance jusqu'à la mise en vente pour la transformation. Bien que les bisons passent une bonne partie de leur vie en pâturage, un grand nombre d'entre eux sont nourris de grains de céréales pendant 100 jours avant la transformation. Cela tend à rendre la viande plus juteuse. Il y a également des producteurs qui mettent sur le marché des bisons exclusivement nourris d'herbe.

Les installations à bison sont un peu plus substantielles que les autres installations de manutention des animaux. Les clôtures à bison sont souvent plus robustes; toutefois, les bisons qui ont accès à de l'eau et de la nourriture dans un environnement non-menaçant survivent très bien dans des pâturages clôturés. Les installations de manutention doivent être plus solides en raison de la « réaction de fuite » des bisons face aux situations stressantes.

Demande et exportations

La demande pour le bison est forte à l'intérieur du pays et à l'étranger, dans des pays tels la France, l'Allemagne, l'Italie et la Suisse. De nouveaux marchés, comme celui des Émirats arabes unis, sont aussi développés. Le bison peut vraiment être considéré comme une viande nord-américaine. C'est une viande maigre avec une forte densité nutritionnelle qui correspond à la tendance actuelle pour une alimentation plus saine et naturelle. Le bison est élevé sans l'utilisation d'hormones de croissance.

Avec la demande de bison aux États-Unis, les avantages économiques de transformer et de nourrir le bison aux États-Unis pour les marchés américain et européen, le nombre de bisons vivants exportés aux États-Unis a augmenté considérablement au cours des 5 dernières années.

Étant donné la forte demande de bison, les prix sont élevés. On s'attend à ce que ceux-ci continuent de l'être et encouragent d'autres investissements dans l'industrie.

Voir ausi Chasse au bison; Parc national Wood Buffalo; Conservation et aménagement de la faune.