Denison, Flora MacDonald

Flora MacDonald Denison, née Merrill, féministe, journaliste et femme d'affaires (N. Hastings County, Ont., 20? févr. 1867 -- Toronto, 23 mai 1921). Denison, qui dirige un atelier de confection tout en menant une carrière d'écrivaine, joue un rôle actif dans le mouvement des suffragettes à Toronto à partir de 1906. Les opinions sur la religion, le mariage, le contrôle des naissances et les classes sociales, qu'elle exprime dans ses chroniques régulières du Toronto Sunday World de 1909 à 1913, sont plus radicales que celles de la plupart des suffragettes canadiennes. Présidente de la Canadian Suffrage Association de 1911 à 1914, elle est forcée de démissionner à cause du soutien qu'elle offre aux militantes suffragettes anglaises.

Au début de la Première Guerre mondiale, Denison s'oppose au conflit. Même si elle ne maintient pas cette position de façon non équivoque pendant les années de guerre, la Première Guerre mondiale renforce son engagement envers une réforme sociale et spirituelle complète. Elle démontre cet engagement au sein du mouvement canadien whitmanite, un mouvement social et spirituel qui doit son inspiration au poète américain Walt Whitman. Elle créé un lieu de retraite dédié aux idéaux whitmanites sur sa propriété de campagne, Bon Echo. En 1916, elle lance le magazine whitmanite Sunset of Bon Echo. Elle devient plus tard théosophe et adhère dans les dernières années de sa vie à la Theosophist Social Reconstruction League (Ligue théosophique de reconstruction sociale).