Arthur Christopher Orme Plummer, acteur (Toronto, 13 décembre 1929), arrière-petit-fils du premier ministre John Abbott et vedette internationale qu'on peut voir au théâtre, à la télévision et au cinéma, aux États-Unis comme en Grande-Bretagne ou au Canada. Il est l'acteur canadien de style classique le plus distingué du Canada et interprète un nombre incalculable de rôles plus grands que nature : Cyrano de Bergerac, le roi Lear, Hamlet, Rudyard Kipling, John Barrymore et, bien sûr, le baron von Trapp, aux côtés de Julie Andrews, dans The Sound of Music (1965; v.f. La mélodie du bonheur), un des films les plus populaires de tous les temps.

Élevé et instruit à Montréal, Christopher Plummer est parfaitement bilingue. Il décide de devenir acteur après avoir vu Laurence Olivier dans Henry V. Il apprend les bases du métier au Montréal Repertory Theatre, comme son compatriote montréalais, le futur capitaine Kirk, William Shatner.

Au théâtre

Christopher Plummer fait ses débuts en 1948 à la Stage Society d'Ottawa, interprétant une centaine de rôles pour la compagnie qui lui succède, le Canadian Repertory Theatre. Le succès qu'il remporte aux Bermudes lui vaut une tournée aux États-Unis dans la pièce Nina (1953). Puis il se fait connaître à Broadway dans The Starcross Story (1954), The Lark (1955) et Julius Caesar, où il personnifie Marc Antoine lors de la saison inaugurale de l'American Shakespeare Festival, en 1955.

Il joue dans de nombreuses pièces à New York : The Dark is Light Enough (1955); J. B. (1958), où il interprète le diable; Arturo Ui (1963); The Royal Hunt of the Sun (1965), dans le rôle de Pizarro; The Good Doctor (1971). Il tient les rôles-titres dans la comédie musicale Cyrano (1973) et dans la pièce pour acteur seul Barrymore (1996-1998); tous deux lui valent un prix Tony. Il est Iago dans Othello (1981-1982), il joue dans Macbeth aux côtés de Glenda Jackson (1988), dans No Man's Land de Pinter (1995) aux côtés de Jason Robards Jr. et dans King Lear (2004). En 2007, son interprétation dans Inherit the Wind lui vaut sa septième nomination pour un prix Tony.

En 1961, il incarne Richard III à Stratford-upon-Avon, au Royaume-Uni, et, en alternance, Henri II à Londres dans Becket (production théâtrale gagnante d'un Evening Standard Award). Il poursuit sa carrière britannique au National Theatre avec des reprises d'Amphitryon 38 (mise en scène par Laurence Olivier) et de Danton's Death en 1971 et avec The Scarlet Pimpernel à Chichester en 1985. La première fois qu'il interprète King Lear, en 2001, c'est dans une mise en scène de sir Peter Hall.

De 1956 à 1967, il tient la vedette au Festival de Stratford au Canada et personnifie Henri V, Hamlet, Andrew Aguecheek, Mercutio, Leontes, Macbeth, Cyrano de Bergerac et Marc Antoine, pour ne citer que ceux-là. Il y retourne 26 ans plus tard, le 13 juillet 1993, afin de participer aux activités du 40<SUP>e<SUP> anniversaire du festival. Il s'y présente dans un spectacle solo intitulé A Word or Two, Before You Go. C'est également à Stratford en 1996 que la pièce Barrymore est présentée pour la première fois au Canada. Plummer y interprète également le roi Lear en 2002, dans la pièce du même nom, César dans Caesar and Cleopatra, filmé pour la télévision en 2009 (prix Gémeaux, meilleure performance dans une émission artistique) et Prospero dans The Tempest, en 2010.

Au cinéma

Christopher Plummer tourne plus de 150 films pour le cinéma et pour la télévision ainsi que des miniséries, tantôt dans la peau du personnage principal, tantôt dans celle d'un personnage secondaire d'une certaine importance. Il tient son premier rôle secondaire dans un film réalisé par Nicholas Ray, Wind across the Everglades (v.f. La forêt interdite) en 1958. L'année suivante, il donne la réplique à Julie Harris dans la version télévisée américaine d'une pièce d'Ibsen, A Doll's House. Il joue également un rôle important dans le succès hollywoodien The Fall of the Roman Empire (1962; v.f. La chute de l'empire romain), qui le conduit au rôle du baron von Trapp dans The Sound of Music (1965; v.f. La mélodie du bonheur). N'ayant pas de formation en chant, Plummer n'est pas à l'aise dans le rôle du baron guindé et la superbe voix de Julie Andrews, avec qui il partage la vedette, attire davantage l'attention. Il déclare publiquement ne pas aimer ce rôle; cependant, le succès que remporte le film, qui demeure longtemps populaire, lui assure une longue et prestigieuse carrière cinématographique.

Après La mélodie du bonheur, il donne la réplique à Robert Redford et à Natalie Wood dans Inside Daisy Clover (1966; v.f. Daisy Clover); il interprète ensuite Oedipus dans Oedipus the King (1967; v.f. Oedipe roi), Field Marshall Rommel dans Night of the Generals (1967; v.f. La nuit des généraux), le duc de Wellington dans Waterloo (1970) et Rudyard Kipling dans The Man Who Would Be King (1975; v.f. L'homme qui voulut être roi) de John Huston, aux côtés de Sean Connery et de Michael Caine. Dans les années 1970 et 1980, Christopher Plummer semble disparaître dans des rôles de genre dans une série de films, réapparaissant dans les années 1990 dans des rôles moins importants, mais plus raffinés qui conviennent mieux à son allure aristocratique et à sa formation shakespearienne.

Après avoir joué le méchant dans Star Trek VI: The Undiscovered Country (1991; v.f. Star Trek VI : Terre inconnue), il décroche un petit rôle dans Malcolm X (1992), un film de Spike Lee récompensé d'un Oscar dans lequel il donne la réplique à Denzel Washington, et obtient un rôle aux côtés de Jack Nicholson dans Wolf (1994; v.f. Loup), de Mike Nichols. On le voit également dans Dolores Claiborne (1995) avec Kathy Bates, dans 12 Monkeys (1996; v.f. 12 singes), de Terry Gilliam, aux côtés de Brad Pitt et de Bruce Willis, et il interprète remarquablement Mike Wallace, vedette de la télévision, dans le film à suspense The Insider (1999; v.f. L'initié), mettant en vedette Russell Crowe.

Il joue également dans A Beautiful Mind (2001; v.f. Un homme d'exception), un film de Ron Howard et, en 2009, il est en nomination pour l'Oscar du meilleur acteur de soutien pour son rôle de Léon Tolstoï dans The Last Station (v.f. Tolstoï, le dernier automne), où il donne la réplique à Helen Mirren, qui y interprète le rôle de Sophia, la femme de Tolstoï. Son interprétation lui vaut des nominations pour le meilleur rôle de soutien masculin pour les Golden Globes, pour le prix Independent Spirit et pour le prix décerné par la Screen Actors Guild.

Christopher Plummer tient le rôle principal dans la comédie romantique Beginners (2011), jouant un père gai qui décide de sortir du placard sur le tard. On peut également le voir dans la reprise américaine du film suédois The Girl with the Dragon Tattoo (v.f. Millenium : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes), qui s'inspire du roman à suspense de même titre, succès de librairie international.

Parmi les plus mémorables de ses rôles au cinéma canadien, nommons le voleur psychopathe qui terrorise Elliott Gould et qui tue sa partenaire d'une manière horrible dans The Silent Partner (1978; v.f. L'argent de la banque) de Daryl Duke; Sherlock Holmes dans Murder by Decree (1979; v.f. Meurtre par décret) de Bob Clark - aux côtés de James Mason sous les traits du docteur Watson - pour lequel il remporte un prix Génie dans la catégorie meilleur acteur; le fonctionnaire des douanes dans Ararat (2002) d'Atom Egoyan pour lequel il est mis en nomination pour le prix Génie du meilleur acteur; le rôle principal dans The Imaginarium of Doctor Parnassus (2009; v.f. L'imaginarium du Docteur Parnassus) de Terry Gilliam, une coproduction Canada/Royaume-Uni/France. Plummer est également mis en nomination pour un prix Génie pour son rôle dans The Amateur (1981; v.f. L'homme de Prague; meilleur acteur), dans Impolite (1991; meilleur second rôle masculin), dans le film pour enfants Blizzard (2002; meilleur second rôle masculin) et dans Emotional Arithmetic (2007; v.f. L'homme de mes souvenirs; meilleur acteur).

On le remarque également dans d'autres films, notamment Battle of Britain (1968; La bataille d'Angleterre), The Royal Hunt of the Sun (1969), The Return of the Pink Panther (1974; v.f. Le retour de la panthère rose), International Velvet (1978; v.f. Sarah), Where the Heart Is (1989; Les voleurs du coeur), The Gospel of John (2003; narrateur), Cold Creek Manor (2003; La maison au fond de la baie), National Treasure (2004; v.f. Trésor national), Alexander d'Oliver Stone (2004; dans le rôle d'Aristote), Must Love Dogs (2005; v.f. Doit aimer les chiens), Syriana (2005), New World (2005; v.f. Le Nouveau Monde) de Terrence Malick, Inside Man (2006; v.f. Inside Man, l'homme de l'intérieur) de Spike Lee, The Lake House (2006; v.f. La maison près du lac) et Closing the Ring (2007; v.f. L'amour à jamais) de Richard Attenborough.

À la télévision

Il travaille aussi beaucoup pour les télévisions britannique, canadienne et américaine. Il apparaît d'abord en direct à la télévision américaine, puis dans des émissions anthologiques comme Studio One, Kraft Television Theatre, The Dupont Show of the Month et Hallmark Hall of Fame (1959; il est en nomination pour un prix Emmy pour la première fois grâce à son rôle dans Little Moon of Alban). Il se fait remarquer et est mis en nomination pour un Emmy pour une seconde fois pour son interprétation de Hamlet dans Hamlet at Elsinore (1965), produit par la BBC. Vient ensuite La mélodie du bonheur, puis on commence à moins le voir à la télévision.

Il joue aussi dans des films tournés pour la télévision, comme The Money Changers (1976; prix Emmy, meilleur rôle principal masculin dans une minisérie ou un film) d'Arthur Hailey; Riel (1979; pour la CBC) de George Bloomfield, où il interprète sir John A. MacDonald; The Thorn Birds (1983; v.f. Les oiseaux se cachent pour mourir; nomination pour un prix Emmy, interprétation remarquable dans un rôle secondaire); The Young Catherine (1991; v.f. Intrigues impériales); la série canadienne Counterstrike (1991-1993; v.f. Force de frappe; nomination au prix Gémeaux, meilleur acteur); American Tragedy (2000), dans la peau de l'avocat F. Lee Bailey (nomination pour un Golden Globe, meilleur second rôle masculin); la minisérie Nuremberg (2000), filmée à Montréal; Nicholas Nickleby (2002; prix de l'Office national d'examen du cinéma, meilleure distribution) de Charles Dickens; Our Fathers (v.f. Traîtrise), qui traite de scandales sexuels au sein de l'Église catholique (nomination pour un prix Emmy, meilleur second rôle masculin pour son interprétation du cardinal Bernard Law et pour un prix de la Screen Actors Guild, meilleure interprétation - rôle masculin); The Summit (2008; mis en nomination pour un prix Gémeaux, meilleur second rôle masculin); Harrison Bergeron (1996; mis en nomination pour un prix Gémeaux, meilleur second rôle masculin).

Un homme aux multiples talents

Christopher Plummer est également un narrateur talentueux. On peut entendre sa voix riche et modulée dans des films d'animation, des séries télévisées, des films et même sur la bande sonore de la Barnes Art Exhibit de Toronto en 1994. Il enregistre de nombreux audiolivres jeunesse, notamment Jacob Two-Two (trad. Jacob deux-deux) de Mordecai Richler et Alice in Wonderland (trad. Alice au pays des merveilles). Pianiste accompli, il se lance dans la musique pour effectuer la narration des versions concerts d'Henri V (avec le Toronto Symphony Orchestra) en 1992-1993, de Peer Gynt en 1995 et d'Ivan the Terrible de Prokofiev en 1996. Ses autres présentations sur scène comprennent une soirée solo avec Stephen Leacock et Love and Master Will, un poème shakespearien récité en duo avec l'actrice Zoë Caldwell.

On l'entend dans les films d'animation An American Tail (1986; v.f. Fiével et le nouveau monde) et Rock-a-Doodle (1991; v.f. Roco.o.Rico); c'est aussi lui qui fait la voix de l'infâme Charles Muntz dans Up (2009; v.f. Là-haut), qui remporte l'Oscar du meilleur film d'animation. Il est le narrateur de The Man Who Planted Trees (1987; v.o.f. L'homme qui plantait des arbres) de Frédérick Back (Oscar, meilleur court métrage d'animation), des six films tournés pour la télévision adaptés des livres français pour enfants Madeline de même que pour la série animée Madeline (1993-1994; prix Emmy, meilleure interprétation pour une voix hors champ) et de la minisérie Moguls & Movie Stars: A History of Hollywood sur la chaîne Classic Movie (nomination pour un prix Emmy en 2011, narration).

Nommé Compagnon de l'Ordre du Canada en 1968, Christopher Plummer reçoit plusieurs récompenses et titres honorifiques pour son œuvre. Il est intronisé à l'American Theatre's Hall of Fame en 1986 puis à l'Allée des célébrités canadiennes en 1997. En 1999, il reçoit la médaille d'or du National Arts Club of America pour l'ensemble de ses réalisations dans le domaine des arts. En 2001, il reçoit un doctorat honorifique en beaux-arts de la Juilliard School de New York et le Prix d'excellence pour l'ensemble des réalisations du gouverneur général du Canada. En 2002, il devient le premier artiste à recevoir le prix Jason Robards pour l'excellence en théâtre. Il reçoit également le prix John Gielgud d'excellence en arts dramatiques (2006), trois prix New York Drama Desk, la médaille de la Société Shakespeare (2004) et le prix Edwin Booth de l'œuvre d'une vie (1997). Au Canada, les universités McGill, Ryerson, Western Ontario, de Toronto, d'Ottawa et de Guelph lui décernent un doctorat honorifique.

Le New York Times le décrit comme le « meilleur acteur classique en Amérique ». Son autobiographie In Spite of Myself sort en 2008 et est bien reçue de la critique.

Sa fille, Amanda Plummer (23 mars 1957), connaît également une brillante carrière d'actrice, notamment dans The Fisher King (1991; v.f. Le roi pêcheur), Pulp Fiction (1994; v.f. Fiction pulpeuse) et The Lark (2005), présenté au Festival de Stratford du Canada.