Carol Shields, romancière, poète, dramaturge, biographe (Oak Park, Illinois, 2 juin 1935 -- Victoria, Colombie-Britannique, 16 juillet 2003). Carol Shields fait ses études au Hanover College (Indiana), à l'Université d'Exeter (Angleterre.) et à l'Université d'Ottawa. Elle s'installe au Canada au début de la vingtaine quand elle épouse Donald Shields avec lequel elle aura cinq enfants. Son premier roman, Small Ceremonies (1976), est primé; la narratrice, Judith Gill (qui, à l'instar de Shields pour son mémoire de maîtrise, se fait biographe de Susanna Moodie) découvre comment la fiction et la biographie sont davantage complémentaires que distinctes. Les recoupements entre la fiction, la biographie et l'autobiographie intrigueront Shields tout au long de sa carrière.

Après son déménagement à Winnipeg en 1980,C. Shields enseigne à l'Université du Manitoba et est chancelière de l'Université de Winnipeg (1996-2000). Elle publie l'essai critique Susanna Moodie : Voice and Vision (1975), plusieurs recueils de poésie, Others (1972), Intersect (1974) et Coming to Canada (1992) et plusieurs pièces de théâtre parmi lesquelles on retrouve Departures and Arrivals (1990), Thirteen Hands (1993) et, en collaboration avec sa fille Catherine, Fashion Power Guilt and the Charity of Families (1995). Elle publie également, avec Marjorie Anderson, deux volumes de Dropped Threads, des anthologies qui ont connu beaucoup de succès et dans lesquelles des femmes aux parcours de vie différents livrent des moments intimes et marquants de leur vie personnelle, racontant ainsi des histoires et exprimant des émotions qui ne sont pas d'ordinaire publiquement partagées. Sa biographie de l'auteure britannique, Jane Austen (2001; v.f. Jane Austen), qui remporte le prix Charles Taylor pour la littérature non romanesque, décrit une écrivaine avec laquelle Shields partage une sensibilité pour le caractère complexe des relations familiales et un style satirique plein d'esprit et sans prétention.

Cela dit, Shields est surtout connue pour son œuvre de fiction, laquelle compte entre autres des recueils de nouvelles Various Miracles (1985; v.f. Miracles en série), The Orange Fish (1989), Dressing Up for the Carnival (2000) et The Collected Stories (2004), publié à titre posthume, qui inclut un chapitre de son dernier roman resté inachevé intitulé Segue. Elle a également publié des romans : The Box Garden (1977), Happenstance (1980; v.f. Au moment même), Swann : A Mystery (1987; v.f. Swann), The Republic of Love (1992; v.f. La république de l'amour), A Celibate Season (1998; v.f. Une saison de célibat), écrit avec Blanche Howard, et son œuvre plusieurs fois primée, The Stone Diaries (1993; v.f. La mémoire des pierres) remportant entre autres le prix du Gouverneur Général, le National Critics' Circle Prize et le Prix Pulitzer. La mémoire des pierres est un récit plein de richesse qui témoigne des succès et des échecs de Daisy Goodwill dans ses différentes tentatives de raconter l'histoire de sa vie et traite de la signification de ces tentatives. En 1997, Shields publie un roman des plus louangés, intitulé Larry's Party (v.f. Une soirée chez Larry), une exploration de la sensibilité d'un homme ordinaire au cours des dernières années du millénaire au fil du parcours tortueux de Larry, un fleuriste devenu concepteur de labyrinthes. Une soirée chez Larry obtient l'Orange Prize et figure sur la liste des finalistes du Prix Giller. En 2001, Richard Ouzounian et le compositeur Marek Norman en font une comédie musicale. Dans son dernier roman achevé, Unless (2002; v.f. Bonté), elle explore la vie d'écrivaine de son héroïne Reta Winters et observe ses sentiments de douleur et de confusion face à la décision apparemment inexplicable de sa fille de quitter son milieu de classe moyenne pour mendier dans une rue de Toronto, en portant une pancarte disant simplement : « Bonté ». Le roman a été mis en nomination pour le Booker Prize, le Giller Prize, le prix du Gouverneur général et le Prix des écrivains du Commonwealth.

En 2002, Shields, déjà décorée du titre d'officier de l'Ordre du Canada, est élevée au rang de compagnon lors d'une cérémonie pendant laquelle l'honorable Iona Campagnolo rend hommage au sens de la compassion de Shields qui lui permet de « créer un univers intime d'une grande beauté et d'une grande profondeur à partir d'événements et de personnages apparemment ordinaires ». La romancière passe les trois dernières années de sa vie à Victoria où elle meurt à l'âge de 68 ans des complications d'un cancer du sein.