Bourgeoys, Marguerite

Marguerite Bourgeoys, fondatrice de la Congrégation Notre-Dame de Montréal (Troyes, France, 17 avril 1620 -- Montréal, Qc, 12 janv. 1700; canonisée le 31 oct. 1982). En 1640, Marguerite Bourgeoys se joint à une congrégation d'enseignantes non cloîtrées d'un couvent de Troyes, dirigé par la soeur du gouverneur de Maisonneuve, fondateur de VILLE-MARIE (Montréal). Elle fait route vers le Canada en 1653 et, en 1658, ouvre une école pour filles dans une étable à Montréal.

En plus de chaperonner les filles venues de France comme futures épouses des colons (FILLES DU ROI), elle recrute des Françaises et des Canadiennes pour enseigner, ouvre un pensionnat pour filles à Montréal, une école pour les filles autochtones dans la réserve des Sulpiciens de La Montagne, ainsi qu'une école d'arts ménagers. Ses « soeurs » commencent à enseigner dans des paroisses rurales. Elle justifie leur refus d'être cloîtrées en faisant valoir que la Vierge Marie est demeurée laïque. Mgr de LAVAL leur interdit de prononcer leurs voeux, mais Mgr SAINT-VALLIER, son successeur, les invite à fonder une école à l'île d'Orléans. Elles ont bientôt une école d'arts ménagers et une école primaire à Québec.

Le 1er juillet 1698, les soeurs laïques prononcent leurs voeux et sont reconnues membres d'une communauté religieuse non cloîtrée. La même année, Marguerite Bourgeoys commence à écrire ses mémoires, dans lesquels elle déplore certains manquements à la règle d'austérité observée par sa congrégation. Elle consacre ses deux dernières années à la méditation et à la prière et, quand elle meurt, les colons la vénèrent déjà comme une sainte. Les soeurs de la Congrégation Notre-Dame comptent maintenant plusieurs milliers de religieuses et leurs oeuvres se sont propagées aux États-Unis et au Japon.

Voir aussiSAINTS.