Edward Blake, avocat, homme politique, premier ministre de l’Ontario (né le 13 octobre 1833 dans le canton d’Adelaide, dans le Haut-Canada; décédé le 1er mars 1912 à Toronto, en Ontario). Edward Blake a été présent sur la scène politique pendant près d’un quart de siècle, à partir de la Confédération. En tant que chef du Parti libéral fédéral, il n’est jamais devenu premier ministre, mais il a recruté dans le Parlement un protégé qui deviendrait l’un des plus grands dirigeants du pays,Wilfrid Laurier.

Jeunesse

Edward, le fils de l’avocat et homme politique de l’époque coloniale William Blake, est un enfant maladif, et reçoit, selon sa mère, « une sorte d'éducation décousue pendant des années. Par exemple, le matin alors qu'il s'habille, son père lui donne des leçons de latin ». Un tuteur et sa mère lui enseignent d'autres sujets. Il fréquente ensuite le Upper Canada College et l’Université de Toronto, obtient un baccalauréat ès arts en 1854 et une maîtrise ès arts en 1858. Il étudie le droit en même temps, est admis au barreau en 1856 et, par la suite, il réussit et s’enrichit comme avocat auprès de la cour de la chancellerie à Toronto. En 1858, il épouse Margaret Cronyn, fille du premier évêque anglican de Huron.

Carrière politique

Blake, un libéral, est recruté pour faire de la politique active en 1867 par George Brown, propriétaire duGlobe de Toronto, qui observe qu’ « Edward Blake est prêt et sera un atout. Comme avocat il est admirable. Il possède un très bon jugement, est très industrieux et a beaucoup de cran. Il n’a rien d'un homme politique, mais est très désireux d'apprendre et très perspicace ». Il est député provincial de South Bruce de 1867 à 1872 et siège à la Chambre des communes de 1867 à 1891.

En 1868, il devient chef du Parti libéral de l’Ontario et, en 1871, il évince le premier ministre John Sandfield Macdonald pour devenir le deuxième premier ministre de l'Ontario. Il quitte la politique provinciale en 1872, mais pendant sa brève période comme premier ministre, il établit la dynastie libérale qui dirige l'Ontario de 1871 à 1905. En 1873, il refuse la direction du Parti libéral fédéral, mais accepte de faire partie du premier gouvernement libéral du Canada sous Alexander Mackenzie.

Edward Blake occupe à Ottawa les fonctions de ministre sans portefeuille (1873-1874), ministre de la Justice (1875-1877) et président du Conseil privé (1877-1878), il succède à Mackenzie comme chef du parti en 1880, mais perd les élections de 1882 et de 1887, démissionnant de son poste de chef en 1887 et quittant la politique canadienne en 1891.

En 1892, il entre à la Chambre des communes britannique en tant que député nationaliste irlandais. Il prend sa retraite au Canada en 1906 et, pendant de nombreuses années, siège au conseil de l’Université de Toronto comme sénateur et chancelier.

Style de leadership et héritage

Le seul chef libéral (jusqu’au XXIe siècle) à ne pas devenir premier ministre, il n’a jamais atteint l'importance que lui confèrent ses compétences. Une partie de son insuccès est due à la malchance : en tant que chef du Parti libéral aux élections fédérales de 1882 et de 1887, il doit affronter John A. Macdonald alors au sommet de sa popularité. En même temps, il est l'auteur de certains de ses problèmes. Comme chef de parti, il est excessivement dominant dans les affaires du parti et les activités parlementaires. Il fait souvent de longs discours – pouvant durer jusqu'à six heures – qui laissent peu à dire à ses collègues et, par conséquent, les privent de la moindre occasion de faire preuve de leadership, d’acquérir de l'expérience ou de plaire à l’électorat.

Le haut commandement du Parti libéral s'en trouve quelque peu aliéné, un problème illustré par l’éminent député de premier plan, sir Richard Cartwright, qui note dans ses mémoires qu'à la Chambre des communes, Blake ne laisse habituellement « rien à dire à ses partisans ». Cartwright décrit ce syndrome comme un problème qui est « presque devenu une maladie positive » et il décrit Blake davantage comme un homme doté de grandes « capacités générales », mais « intensément ambitieux », « excessivement caustique », « absurdement sensible à la critique » et qui « se comporte souvent comme un enfant gâté ».

John Charles Dent, peut-être le meilleur historien canadien du XIXe siècle, suggère que Blake « a des manières aussi dépourvues de chaleur qu'un flocon de neige en décembre, et aussi dépourvues de magnétisme qu'une miche de pain sans levain ».

Edward Blake laisse néanmoins sa trace en encourageant le mouvement Canada First et le nationalisme des Canadiens anglais, et en recrutant Oliver Mowat (son successeur comme premier ministre de l’Ontario) et Wilfrid Laurier (son successeur comme chef du gouvernement fédéral), deux des hommes politiques canadiens les plus efficaces et les plus populaires sur le plan électoral.