Astman, Barbara

Barbara Astman, photographe, artiste multimédia (Rochester, N.Y., 12 juillet 1950). Barbara Astman est diplômée du Rochester Institute of Technology (1970) et du Collège des beaux-arts de l'Ontario (1973). Dans ses photographies et ses installations sculpturales, elle associe diverses formes d'art traditionnelles comme le dessin, la peinture, la photographie et la sculpture, tout en créant des œuvres très contemporaines par leur sensibilité. Sa fascination pour les nouvelles technologies lui permet de produire des images remarquables à la fois par leur couleur, leur texture et leur dimension.

Sa série Red (1980) innove sur les plans de la forme, du contenu et du symbolisme. Dans une composition soigneusement équilibrée, l'artiste y apparaît de face au milieu d'un ensemble d'objets. Chaque objet, peint de couleur rouge par vaporisation, suggère diverses significations à la fois gaies et vaguement menaçantes. Dans la série Places (1982), elle explore la dimension traditionnelle des compositions sculpturales : une construction avec médias mixtes incluant du linoléum, du bois et des matériaux plastiques. Les hiéroglyphes répartis dans l'espace y représentent des abstractions inspirées de ses souvenirs personnels.

Settings for Situations (1984) révèle le grand intérêt de l'artiste pour le constructivisme et la réalisation de décors de théâtre, à savoir des constructions en bois aux formes élégantes placées sur le sol et fixées au mur. Elle explore également toutes les nuances d'expression dramatique que peut suggérer le rideau de théâtre comme l'atteste sa série évocatrice Curtain (1988) composée de murales en Ektacolor aux puissants contrastes de rouge et de noir, ainsi que le panneau d'affichage à rétro-éclairage, commandé pour le projet d'intégration de l'art dans les panneaux d'affichage des Jeux olympiques d'hiver de Calgary en 1988.

Les œuvres de commande entreprises dans les années 1990 marquent un tournant audacieux dans le travail de Barbara Astman. Elles se distinguent par de saisissants contrastes architecturaux, d'architecture paysagère et de photographies. Parmi ces commandes figurent le sol en linoléum pour l'Anneau olympique de patinage de vitesse à Calgary (1988), les dalles en béton coulé de la Tour du Conservatoire à Toronto, la carte cognitive en verre gravé à l'eau-forte pour le centre de loisirs St-Laurent, près d'Ottawa, et les panneaux de verre intérieurs de la Simcoe Place à Toronto. Le projet de portail pour le Baycrest Centre for Geriatric Care à Toronto (1999) comprend deux murales photographiques numériques pour deux séries de six entrées résidentielles. Les murales ont pour fonction de montrer leur chemin aux patients. En 2004, l'artiste crée pour le Wolfond Centre for Jewish Campus Life de l'Université de Toronto une série de 14 fenêtres en verre gravé à l'eau-forte, inspirée de l'histoire et de la culture juives. Les gravures qui ceinturent la salle de prière concentrent en elles l'identité du bâtiment.

En 2005, Barbara Astman réalise The Weather Windows pour l'inauguration de la nouvelle ambassade du Canada à Berlin, en Allemagne. Cette œuvre qui intègre l'art à l'architecture est inspirée du climat en tant que facteur identitaire national; un motif frité a été appliqué sur le mur de verre courbe du Timber Hall. La même année, l'artiste réalise une série de vastes murales pour le nouveau siège social de Loblaw à Brampton, en Ontario. Elle entreprend ensuite un projet d'art public au complexe Murano on Bay à Toronto, qui devait être terminé à l'automne 2009; des photographies en couleurs seront intégrées dans les 217 grandes fenêtres extérieures des deuxième et troisième étages.

Parallèlement à son travail de commande, Barbara Astman réalise des œuvres personnelles, souvent par séries. Untitled (série « Fruit », 1990), Untitled (Série « Rock », 1991-1993) et Untitled (série « Seeing and Being Seen », 1994) sont une combinaison saisissante de thèmes ouvertement classiques qui servent de support à des préoccupations psychologiques en rapport avec la sensualité, le vieillissement, la maturité et des questions spirituelles. Les images de la série Movie for One (1996-1997) sont des représentations abstraites de la tête et du haut du torse qui illustrent l'ambiguïté psychologique inhérente à la douleur et aux forces de vie conflictuelles.

Emergence (1998) est une série qui traite de la place de plus en plus importante que prennent les femmes dans certaines professions, particulièrement dans le domaine juridique. La série impressionniste Dreaming réalisée la même année revisite la trame narrative traditionnelle des livres d'histoire de l'art en remettant en contexte des personnages féminins de divers tableaux impressionnistes et en les mettant en scène dans de nouveaux arrangements.

La série de cartes postales Paris Postcards (2001) est inspirée de 700 cartes postales historiques rapportées d'un voyage à Paris. Les images que l'artiste en a tirées sont composées de parties de cartes superposées pour créer une trame narrative visuelle. Dancing with Che (2003) est un photoreportage en noir et blanc d'une représentation privée imaginaire au cours de laquelle Che Guevara devient le partenaire de danse de l'artiste. Imprimée sur un t-shirt, la photo du Che, icône de la culture populaire, prend vie lorsque l'artiste tangue et bouge au rythme de la musique cubaine.

La série Clementine (2005) va encore plus loin dans l'exploration de la nature même des souvenirs et de l'image photographique. La photo d'un groupe d'orphelins juifs quittant l'Europe pour le Canada en 1947 inspire à l'artiste des installations caractérisées par des systèmes d'éclairage déjà assemblés. L'œuvre de mémoire célébrant la survie se concentre sur les visages des orphelins.

Newspaper (2007) traite de l'accumulation d'images dans notre culture dominée par les médias. Constituée de 52 collages de 7 images, la série vise à reproduire les cycles quotidiens et hebdomadaires des médias d'information; elle découle de l'intérêt de l'artiste pour les médias imprimés et de sa peur de les voir disparaître.

Barbara Astman reprend le thème de Che Guevera en 2011 dans une exposition intitulée Dancing With Che: Enter Through the Gift Shop à la Kelowna Art Gallery. L'installation comporte une simulation de boutique de souvenirs consacrée entièrement à l'image de Barbara Astman elle-même portant son t-shirt décoré d'une photo de Che Guevera. Le sous-titre, Enter Trough the Gift Shop, fait directement allusion au titre d'un film du graffitiste britannique Banksy, réalisé en 2010, Exit Trough the Gift Shop, qui véhicule les avis des deux artistes sur la tendance contemporaine à la marchandisation de l'art.

En 2008, l'artiste réalise, avec des œuvres de la collection du Musée des beaux-arts de l'Ontario, un projet de conservation en vue de la réouverture en novembre du MBAO, après les travaux d'agrandissement menés par Frank Gehry. Le projet est basé sur l'œuvre de Joyce Wieland et les débuts de l'art féministe au Canada dans les années 1960 et 1970.

Barbara Astman est professeure principale d'art à l'Ontario College of Art and Design, dont elle encadre les étudiants depuis le milieu des années 1970. Elle a également fait partie de nombreux jurys nationaux et internationaux.

Le catalogue Barbara Astman, personal persona: a 20 year survey illustre une rétrospective itinérante de son œuvre organisée en 1995 par l'Art Gallery of Hamilton. Des œuvres de Barbara Astman figurent dans des collections publiques comme celle de la Bibliothèque Nationale de Paris, du Musée canadien de la photographie contemporaine, du Musée des Beaux-arts de Houston, du Musée des beaux-arts du Canada, du Victoria and Albert Museum de Londres et d'UBS en Suisse, ainsi que dans de nombreuses prestigieuses collections privées. L'artiste a reçu le prix argent du National Magazine Award pour la série Newspaper présentée dans Prefix Magazine à Toronto en 2007.